Les acteurs sont odieux

Publié le par Yves-André Samère

Je ne me cache guère de mépriser les acteurs, surtout si leur talent n’est pas à la hauteur de leur vanité. Mais par-dessus tout, je déteste leurs manifestations en public, qui tendent à nous faire croire que, dans leur petit univers, tout le monde s’adore. On ne connaît aucune profession dont les membres passent autant de temps, et dépensent autant d’énergie, à s’embrasser publiquement.

Au sein de cette « grande » famille vouée à une concurrence acharnée, et dont vous verriez un bon exemple dans le film All about Eve de Joseph L. Mankiewicz (Bette Davis y joue le rôle d’une grande vedette du théâtre, elle est touchée par la dévotion que lui témoigne une humble admiratrice jouée par Anne Baxter, l’engage à son service, et l’innocente finit par lui piquer ses rôles), chacun est le rival de quelqu’un, et c’est une lutte au couteau pour se piétiner mutuellement.

Naturellement, c’est la loi du silence, et on compte sur les doigts de la main gauche du baron Empain ceux qui osent l’enfreindre. Michel Simon a été de ceux-là. Et, interviewé sur le chef-d’œuvre de Julien Duvivier La fin du jour, film de 1939 dont il partageait la vedette avec Louis Jouvet (ils se détestaient, ces deux-là) et Victor Francen, il a osé dire que les acteurs sont odieux entre eux, mais que Duvivier, qui s’était documenté dans la maison de retraite du Pont-aux-Dames réservée aux vieux acteurs, avait dû renoncer à filmer ce qu’il y avait appris, et avait fait écrire par Charles Spaak une histoire beaucoup plus attendrissante, dans laquelle tous les personnages étaient aimables et touchants.

Il faut dire que Michel Simon détestait tout le monde, notamment Gérard Philipe et le réalisateur René Clair, qui l’avait fait jouer dans La beauté du diable. Il précise aussi que Raimu devait jouer dans La fin du jour, mais qu’il avait refusé parce qu’il haïssait Julien Duvivier !

Publié dans Acteurs, Cinéma, Mœurs

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :