Résistance !

Publié le par Yves-André Samère

Lecteurs allergiques à la bêtise contagieuse, c’est ici qu’il faut être dans les jours qui viennent. Vous n’y verrez jamais commenter ce jeu dans lequel vingt-deux décérébrés tapent du pied dans un ballon sous les hurlements d’autres arriérés mentaux, ni évoquer la première couleur du drapeau français, et pas davantage critiquer les zones-ventilateur dont le Petit Journal a parlé hier trop longuement (oui, le mot fan désigne bien en anglais un ventilateur, et je faisais cette blague quand j’appartenais au Fan Club français de Friends).

Donc, faites comme votre (très humble) serviteur : tenez bon, et résistez à la consternante vague, plus envahissante encore que la crue de la Seine.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 09/06/2016 15:54

La seule chose qui m'intéresse, c'est de savoir la date des matchs se déroulant à Marseille pour éviter d'y mettre les pieds.

Yves-André Samère 10/06/2016 12:32

La lettre de la victime, lue au tribunal, est ici : https://www.buzzfeed.com/katiejmbaker/la-lettre-puissante-quune-victime-a-lue-a-son-violeur-pendan.

On pourrait envisager de violer le juge. Il doit bien se trouver quelques gorilles, aux États-Unis.

DOMINIQUE 10/06/2016 12:12

Oui, j'en ai écouté une partie, ce matin. Répugnant. Non pas le chroniqueur qui a été parfait, mais la mentalité que ce verdict révèle. Le chroniqueur a très bien fait de remarquer que le viol n'est pas uniquement le fait de pays exotiques et lointains, mais aussi proches de nous. Très proches.
Je me demande comment un homme peut tirer satisfaction d'un tel acte.

Yves-André Samère 10/06/2016 08:33

Il y a aussi les violeurs qui écopent d’une peine légère parce que ce sont de bons sportifs. Chronique de ce matin sur France
Inter, qui démarquait un article paru hier : http://rue89.nouvelobs.com/2016/06/07/viol-stanford-lhistoire-derriere-lettre-264283

DOMINIQUE 09/06/2016 19:15

Evidemment : quand il n'y a pas de match, je me précipite au stade Vélodrome, en toute logique.
Sérieux, quand on voit les hordes de supporters ça vous fait vraiment douter de l'humanité. Alors, je préfère garder mes illusions.

Yves-André Samère 09/06/2016 18:47

D’où je conclus qu’en dehors des stades, il n’y a rien à Marseille !