Un exploit catholique : interdire le jeu d’échecs

Publié le par Yves-André Samère

Je crois avoir raconté que les chiffres que nous utilisons depuis des siècles, et que nous avons baptisés « chiffres arabes », ne sont pas plus d’origine arabe que ne l’est Marine Le Pen. En fait, ils ont été inventés par les Indiens, entre le cinquième et le neuvième siècle – on ne sait pas vraiment. Et comme ils ont été importés vers l’Algérie, avec leurs esclaves indiens, par les musulmans colonisateurs, c’est depuis la ville de Bougie qu’ils ont été introduits, d’abord en Italie, par le mathématicien Fibonacci, puis dans tout le monde chrétien.

Ils étaient fortiches, ces Indiens, et ils le sont toujours, notamment en informatique. Ils ont aussi cette supériorité de vivre dans le pays qui a le moins d’obèses au monde, donc le moins de diabétiques !

Outre cela, ce sont les Indiens qui ont inventé le jeu d’échecs, et pas les Iraniens, comme on le croit souvent. Mais saviez-vous que le jeu d’échecs a d’abord été interdit par l’Église ? Introduit en France au début du onzième siècle, il s’avère qu’en 1061, Pierre Damien, théologien et cardinal d’Ostie, dénonça au pape l’évêque de Florence qu’il avait vu jouer aux échecs. Et jusqu’à la fin du Moyen-Âge, l’Église catholique a condamné ce jeu, sans aucun succès d’ailleurs, car il s’est répandu chez tous les nobles de la Chrétienté.

Déjà, l’Église se mêlait de ce qui ne la regardait pas et ne la menaçait en rien. On n’a pas attendu le mariage gay, qui devait « détruire la famille » !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

J'ai raison. 14/06/2016 19:46

Concernant la colonisation musulmane en Inde et ce qui en découle, c'est un exemple de plus prouvant que l'histoire de l'esclavage ne se résume pas, comme le voudrait la croyance dominante, à la domination du Blanc sur le Noir.

Yves-André Samère 14/06/2016 23:04

L’esclavage, comme la femme, remonte à la plus haute antiquité. (Citation d’Alexandre Vialatte)