De plaquettes

Publié le par Yves-André Samère

La semaine dernière, j’ai rencontré une hématologue, une gentille dame de 68 ans que je connaissais déjà, et nous avons parlé de mon taux de plaquettes, qui s’est effondré depuis que des confrères bien intentionnés m’ont prescrit, après mon opération du foie en février, un traitement aux anticoagulants (trente injections, à raison d’une piqûre par jour). Au cas extraordinaire où vous ne seriez pas agrégés de médecine, sachez que les plaquettes sont un composant du sang, chargés de freiner la coagulation du sang en cas d’hémorragie (normal, ne parle-t-on pas de « plaquettes de frein » ?).

Cette dame, donc, m’a conseillé de manger de la viande, ce qui tombe mal, attendu que j’ai cessé d’en manger depuis un lustre. « Mais n’aimez-vous pas le boudin ? », m’a-t-elle demandé. Certes, certes, il m’est arrivé de manger du boudin, mais on n’en trouve plus que farci aux oignons, ce que je déteste. J’ai donc reconnu que je préfèrerais être moi-même transformé en boudin, ou passer mes soirées EN boîte en compagnie d’un boudin, plutôt que d’ingérer cette ignominie. Serviable, elle m’a conseillé d’aller voir dans les magasins Naturalia, qui, selon elle, vendaient encore du boudin SANS oignons. J’ai vérifié sur Internet, trouvé trois magasins Naturalia pas très loin de chez moi, et les ai visités tous les trois. Les deux premiers ne vendaient pas de boudin, le troisième en vendait, mais, vous l’avez deviné, farci aux oignons. Bien, me suis-je dit, encore un tuyau crevé, l’audience est levée : pas plus de boudin sans oignons que de talent, de voix et de poitrine chez Jane Birkin. J’abandonne. Que mes plaquettes s’effondrent comme la croissance économique du pays, je reviens à mon alimentation habituelle, sans viande.

(Je suis très fier de cet article, où j’ai réussi à faire se côtoyer le boudin et Jane Birkin, quoique ce n’était pas le but initial. Demain, je citerai pêle-mêle le foie gras et Léa Saindoux)

Publié dans Curiosités, Cinéma, Humour, Santé

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Gilles 31/07/2016 16:35

Il y a aussi la solution de la bonne vieille sanguette d'autrefois. Le seul problème: trouver du sang. Je crois qu'il est illégal d'en vendre, il doit seulement être donné par exemple par un volailler. A moins de connaître une personne travaillant à l'EFS.

Yves-André Samère 31/07/2016 18:44

Ou d’égorger quelqu’un. Oui, c’est de très mauvais goût, je sais. Tu crois qu’on va m’engager à « Charlie-Hebdo » ?

kotec 30/07/2016 21:02

Pourquoi du boudin ? C'est du sang avec des oignons. Allez donc boire une bonne pinte de sang frais aux abattoirs de la Villette. C'était le remède proposé à ma mère dans les années 50 .

Yves-André Samère 30/07/2016 23:25

Justement non, c’est du sang, mais dépourvu d’oignon. Originellement, on n’y mêlait pas cette abomination. J’ai déjà mangé du boudin SANS oignons, rien à voir. Mais les modes basées sur le mauvais goût ont gagné dans tous les domaines, musique, cinéma, littérature, chanson, sculpture, etc. Quant à boire du sang frais, c’est oublier que le boudin est du sang CUIT. Le goût est complètement différent.

DOMINIQUE 29/07/2016 23:10

Pour Birkin, ce qui primait à l'époque, ce n'étaient ni sa voix, ni sa poitrine, mais le bas de son dos. D'après son compagnon de l'époque. Celui dont elle exploite l'image jusqu'au trognon.

Yves-André Samère 30/07/2016 07:40

Elle s’est fait connaître en France avec le « Blow up » d’Antonioni, où elle n’avait qu’une scène de nu, avec une autre fille. Jamais compris la raison de sa notoriété..

DOMINIQUE 29/07/2016 23:08

Bon. Il ne vous reste plus qu'à égorger un pigeon par jour et à boire son sang.
A part ça, mon époux étant en train de subir la même chose que vous, injections d'anticoagulants, et que nous ne mangeons que très peu de viande... dois-je m'inquiéter et me munir d'un collier d'ail et d'un crucifix ?

Yves-André Samère 31/07/2016 09:51

Merci, mais on m’en a fait sept depuis le 16 février, date de l’opération, et d’autres sont prévues avant septembre. La dernière, du 17 juin, est à 77, la moitié du minimum. Je n’ai pas vraiment intérêt à me couper (j’y pense chaque matin en me rasant !).

Jean-Marie 31/07/2016 09:33

Demandez la prise de sang entre le 7ème et le 13ème jour. De mémoire, c'est en moyenne dans cet index qu'apparaissent les premiers signes liés à la thrombopénie.

Yves-André Samère 30/07/2016 18:26

Demandez une prise de sang, et n’attendez pas. Pour moi, on a attendu la vingt-deuxième piqûre. Encore un peu, et je me liquéfiais.

DOMINIQUE 30/07/2016 15:15

D'après ce que j'ai compris, l'anticoagulant à hautes doses ne lui est administré qu'à titre provisoire.

Yves-André Samère 30/07/2016 07:31

Avant tout, une analyse de sang visant le taux de plaquettes. Mais des pigeons, c’est facile à trouver en France.

Bernard Sudre 29/07/2016 22:56

Dommage que vous n'habitiez pas dans le Tarn ou tous les charcutiers ont du boudin bien viandu sans oignons

DOMINIQUE 30/07/2016 21:13

Oui, les "bonnes choses" sont de la viande, comme l'a dit Mr Sudre, de la coenne qui donne du moelleux, du sang de porc. Le diamètre de la bestiole est d'environ 5cm. Salé et poivré. C'est bon et consistant.

Yves-André Samère 30/07/2016 18:29

Je vais aller voir dans l’un des deux quartiers asiatiques si cette rareté n’en est pas une.

(L’expression « plein de bonnes choses, sauf d’oignon » est assez curieuse)

DOMINIQUE 30/07/2016 15:13

Oui, le boudin du Sud-Ouest est plein de bonnes choses, sauf d'oignon.
Vu dans une épicerie asiatique qu'ils vendaient des poches de sang de porc. Je ne pense pas que ce soit folichon comme goût à avaler tel quel, mais à la guerre comme à la guerre !

Yves-André Samère 29/07/2016 23:06

On a bien de la chance, dans le Tarn. Hélas, je n’ai pas de passeport.