L’effondrement de François Hollande

Publié le par Yves-André Samère

Lors de l’élection présidentielle de 2012, je n’avais voté pour Hollande que pour me débarrasser de Sarkozy, que je tenais et tiens toujours pour un malade mental, mais Hollande n’aurait jamais été mon candidat si le Parti Socialiste ne l’avait pas choisi. En somme, c’était un peu une réédition du choix au bénéfice de Chirac en 2002.

Or, aujourd’hui, même ses partisans de 2012 souhaiteraient se débarrasser de Hollande, ce qui cette fois semble bien parti. Ils sont très conscients qu’alors, il n’avait été élu que grâce à une coalition entre les socialistes purs et durs, les écologistes, les communistes, les radicaux de gauche, et, bien entendu, les antisarkozystes. Or, dorénavant, toutes ces voix disparates se sont évaporées, et le pauvre capitaine de pédalo n’a plus aucune chance de les récupérer, sauf à doses homéopathiques.

Rappelons que les socialistes non « frondeurs » ont perdu toutes les élections depuis trois ans ; que le président atteint presque les 80 % d’impopularité ; et que, sauf miracle, il sera éliminé dès le premier tour de l’élection, comme Jospin en 2002 – la honte. Or les deux candidats en tête, comme en 2002, seront bien un candidat de droite et celui, ou plutôt celle, du Front National. Nous nous préparons de belles années. Mais après cinq ans de Chirac (précédés de sept ans du même), cinq de Sarkozy et quatre de Hollande, nous commençons à en avoir l’habitude...

Si vous croyez en Dieu, au lieu de déposer des milliers de bougies sur les lieux des attentats, je vous suggère d’apporter des cierges dans vos églises habituelles.

Publié dans Actualité, Histoire, Politique

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

cerfeuil 25/07/2016 15:38

En 2012 j'ai voté Hollande, au second tour, pour la même raison que vous. Je ne le regrette pas, pour la même raison! La prochaine fois je ne sais pas mais j'en ai marre d'élire un roi(telet).
Pour les autres élections j'ai fait un rêve : la loi avait changé, le vote était obligatoire, le vote blanc pris en compte donnait place, si je puis dire, à des non-siéges. Trente pour cent de votes blancs, trente pour cent de sièges en moins. L'époque est aux économies, non!

Yves-André Samère 25/07/2016 16:30

D’accord pour la totalité de ce programme. En particulier sur la réduction du nombre de députés. J’avais fait un comparatif entre ceux d’Allemagne et ceux de France, c’était frappant. Je vais bientôt m’attaquer aux sénateurs.