Ma chasse aux Pokémons

Publié le par Yves-André Samère

Moi, vous me connaissez , je suis un geek impénitent. Ou peut-être un nerd, j’hésite, il faudra que je vérifie s’il y a une différence. Donc, dès hier, alors que le jeu Pokémon Go venait d’être mis à la disposition des élites méritantes sur smartphone, je l’ai téléchargé et l’ai lancé illico.

Compte rendu : il faut d’abord s’inscrire en donnant une adresse électronique et une date de naissance. J’ai bien tenté de valider celle qui s’affichait par défaut sur mon écran, le 1er janvier 2016, mais, je ne sais pourquoi, l’appareil a refusé cette date. J’ai donc reculé de quelques années et choisi l’année 2002, ce qui me donne un âge de quatorze ans et demi, qui est aussi l’âge mental de Sarkozy. Là, j’ai été accepté et suis passé à la suite. Vous connaissez le principe, puisque TOUS les médias ne parlent que de ça : sur votre écran peuvent apparaître, de façon aléatoire, des Pokémons, ces petits êtres ne ressemblant à rien, comme les gosses qui se passionnent pour eux, et on doit se hâter d’en capturer un en tapotant dessus, ce qui est censé vous rapporter je ne sais quoi – peut-être, à la longue, une Cadillac en or massif ? Je ne sais pas non plus ce que cela rapporte à la firme qui a lancé ce sommet de l’intelligence, Nintendo, mais ses propriétaires ont certainement une idée derrière la tête.

Normalement, ce jeu doit s’exerce à l’extérieur, ce qui, dit-on, va enfin inciter à sortir tous les malades mentaux qui restent rivés chez eux à longueur de journée, et je vous rassure, c’est loin d’être mon cas. Fallait bien trouver, pour les journaux, une justification d’ordre sociologique, c’est indispensable à la survie de la presse. Or, sans que je mette un escarpin hors de mon salon, un Pokémon est apparu sous mes yeux éblouis. Que fichait-il dans mon salon ?, je ne sais, mais je l’ai ratiboisé instinctivement.

Par conséquent, me voilà en règle, comme le jour où, à la chasse, j’ai flingué mon premier perdreau, avant de remiser définitivement le fusil de calibre 12 qui m’avait servi à cet exploit. Et j’ai rejoint l’immense cohorte des « captureurs » (ça existe, ce mot ?) de Pokémon. Ouf, j’appartiens enfin à la majorité ! Ne me reste plus qu’à voter pour Marine Le Pen l’année prochaine. Il avait raison, Rabelais, avec ses moutons de Panurge. Et l’être humain n’a pas changé, depuis son époque...

Qu’ai-je fait ensuite ? Épargnez-moi cet affront ! Bien sûr que, dans les minutes qui ont suivi, j’ai effacé de mon smartphone ce must du génie informatique.

Bien, je vous laisse, il faut que j’ailler visionner l’intégrale de Plus belle la vie.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

K
Pour vous consoler de la perte d'un pokémon, je vous conseille de visionner un chef-d'oeuvre du cinéma.
"L'Attaque de la moussaka géante" . Ce film vaut bien son pesant de : deviner quoi ?
bye
Répondre
Y
Merci pour le tuyau. Inexplicablement, ce film ne passe nulle part en ce moment. Frustrant !
C
Ce jeu n'a en effet aucune utilité : c'est le principe d'un jeu. Les jeux de carte ne rapportent pas plus d'argent. Aussi, vous êtes un peu sévère quant aux "gosses" qui se passionnent pour les Pokémon. J'en ai été un, et c'est une distraction comme une autre. Personne ne vous a forcé à y jouer.
Répondre
Y
Bien entendu, personne ne peut me forcer à quoi que ce soit. Je voulais voir à quoi ça ressemblait, rien de plus. Mais une fois que la curiosité est satisfaite, on passe à autre chose. La vie est courte.