Wiesel remis à sa place

Publié le par Yves-André Samère

Je buvais du lait, ce matin, en écoutant la réaction de Claude Lanzmann à la mort d’Élie Wiesel. La préposée au journal de France Inter était Bernadette Chamonaz, et elle avait eu la très mauvaise idée de le faire venir pour dire du bien de l’envahissant bavard. La pauvrette... Si elle m’avait demandé, j’aurais pu lui dire que la spécialité de Lanzmann, lorsqu’on lui donne la parole, c’est de dire le contraire de ce qu’on espère de lui. Qualité rarissime qui le rapproche de Béatrice Dalle et me le rend très sympathique. C’est un peu hors sujet, mais, lorsque la télévision ivoirienne avait projeté son film Shoah, sur quatre jours à partir du 27 mars 1988, elle l’avait invité le cinquième jour à un débat en direct, présidé par la directrice de la télé locale – la première télévision africaine qui avait eu ce courage, soit dit en passant. Or les participants au débat n’avaient rien compris au film, et avaient enfourché leur dada favori : condamner l’esclavage. Lanzmann, questionné sur ce qu’il pensait de tout cela, avait dit qu’il se sentait « un petit peu triste », parce que le génocide antijuif n’avait aucun rapport avec l’esclavage, en ce sens qu’il a été unique dans toute l’Histoire, et que la célèbre solution finale visait à faire disparaître un peuple entier, sous le seul prétexte qu’il déplaisait au Führer. Mouchés, les autres débateurs ont dû se sentir ridicules, car ils l’étaient, par leur africanocentrisme... Mais enfin, en Afrique, on est très poli, et on ne contredit pas un invité, surtout étranger.

Bref, ce matin, loin de verser une larme sur la mort de Wiesel, qui n’avait pas eu un mot d’éloge sur Shoah parce qu’il s’estimait propriétaire de tout ce qui concerne ce « point de détail de l’Histoire » (je raille, là, c’est de Le Pen que je me paie la tête) et refusait aux autres la liberté d’en parler – mais Lanzmann aussi, notez bien –, le cher Lanzmann a un peu déboulonné la statue de ce ministre de la parole, qui, au fond, n’a rien FAIT. Oh pardon, il a aussi approuvé la politique d’Israël envers les Palestiniens, politique toute teintée d’humanisme comme on sait. Mais partout on se focalise sur le Prix Nobel de la Paix qu’en 1986 on a décerné à ce philosophe ; oubliant que le Prix Nobel de la Paix n’a aucune valeur, et qu’on l’a donné à Sadate et Begin (qui avaient débuté comme terroristes), à Henry Kissinger (qui a bien aidé à renverser Salvador Allende et à provoquer son suicide), à Barack Obama (qui garde sans jugement les incarcérés de Guantánamo), au GIEC (cénacle d’experts cooptés et autoproclamés) et à la sinistre « mère » Teresa, l’un des pires imposteurs du vingtième siècle.

Wiesel prétendait donc qu’on n’avait pas le droit de parler de la Shoah si on ne l’avait pas connue directement – comme lui, entendait-il. Bien sûr, cela visait Langmann, né en 1925 et qui n’a pas vécu la déportation. Mais ce dernier refuse cette condition extravagante, et a cité un film remarquable sorti le 4 novembre 2015, de László Nemes, Le fils de Saul. Or son auteur est né en 1977 !

Et si on rebaptisait le Prix Nobel de la Paix ? Prix Nobel de l’Imposture, ce ne serait pas mal, non ?

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Olivier 05/07/2016 17:24

Ce qui m'étonne le plus, c'est l'absence de réactions des auditeurs et internautes sur le plus intrigant que souligne Lanzmann: Wiesel n'a séjourné que 4 jours à Auschwitz... Donc Wiesel a menti en décrivant ses 11 mois passés dans le camp de la mort.
Je suppose qu'il faut un peu patienter pour que le monde ose envisager d'autres types de mensonges décrits plus ou moins précisément sur la toile concernant Wiesel.
Pour résumer, le "pire" scénario serait: Wiesel a menti sur son séjour dans les camps, sur son tatouage, sur son identité, sur "la nuit" dont il n'est pas l'auteur, sur ses connaissances historiques, et sur la plupart des anecdotes de ses mémoires...
Cela me semble bien plus important que la querelle d'égos entre Lanzmann et Wiesel...

Yves-André Samère 05/07/2016 18:16

La chose m’avait frappé, et l’absence de réponse, autant et même plus. Mais cela relève de ce que Montherlant avait appelé « le respect systématique ». Qui ose écrire que Mitterrand était une canaille cynique, ou que De Gaulle a truqué a posteriori un de ses livres d’avant-guerre, pour sembler avoir prévu le rôle de l’aviation lors de la Deuxième guerre mondiale ? Les Français se vantent beaucoup d’être frondeurs, mais ils n’en donnent guère la preuve !

(En fait, Wiesel a joué sur les mots, et sur le fait qu’à Auschwitz, il existait DEUX camps. L’un était un simple camp de prisonniers, l’autre était un camp d’extermination. Ceux qui ont vu « Shoah » savent faire la distinction ; les autres non. On peut avoir séjourné à Auschwitz et n’avoir pas risqué sa vie. Du reste, Wiesel était à Mauthausen, pas à Auschwitz)

pluk 04/07/2016 17:07

Sait-on si, pour finir, Wiesel a demandé à être incinéré?
Avec ou sans aromates ?
Revenons-en aux seules questions sérieuses je vous prie.

Yves-André Samère 04/07/2016 17:29

Je l’ignore, il ne m’en a jamais parlé. Pourtant, nous étions intimes, nous fréquentions le même bistrot.

DOMINIQUE 03/07/2016 13:36

Lanzmann a dit aussi que Wiesel n'avait été que 4 jours à Dachau, et après à Buchenwald.
Ces gens m'exaspèrent un peu, à tirer "c'est moi qui ai le plus, la plus...". Lisons "si c'est un homme" (traduction calamiteuse du Ecce Homo) de Primo Levi, regardons "de Nuremberg à Nuremberg" de Rossif et Meyer. Il n'en faut pas plus, à mon avis.

Yves-André Samère 03/07/2016 13:47

À Auschwitz, pas à Dachau. Ne pas oublier qu’il y avait DEUX camps à Àuschwitz, l’un d’incarcération, l’autre d’extermination. Wiesel n’a connu que le premier. (J’ai vu le film de Frédéric Rossif et Philippe Meyer)