À Rio, plus d’argent pour les infirmes

Publié le par Yves-André Samère

À Rio, les Jeux Olympiques se sont achevés cette nuit. Je n’en ai pas vu la moindre image, parce que, par principe moral autant que par désintérêt, j’ai en horreur ce type d’exhibition, qui n’est qu’un festival du nationalisme et du dopage. Mais il paraît que beaucoup de gens sont contents, parce qu’il y a eu beaucoup de médailles. Bien. Les Brésiliens sont peut-être un peu moins contents, car leur ville est ruinée, comme prévu, mais enfin, il faut bien faire quelques petits sacrifices pour l’honneur national.

Seulement voilà, il paraît que la fiesta n’est pas tout à fait terminée, puisque, dans quelques jours et au même endroit, il va y voir les Jeux para-Olympiques, c’est-à-dire ceux dont les participants sont tous infirmes. Ce sera sans doute un peu moins glamour, et pas beaucoup télévisé, car on ne peut pas infliger un tel spectacle aux chers téléspectateurs, qui ont le cœur sensible.

Hélas, les vrais Jeux ont pompé tout l’argent, et, même en râclant les fonds de tiroir, il n’y a plus beaucoup de sous pour payer la facture en vue. Mais comme on ne peut pas annoncer froidement qu’on supprime les épreuves, on se contente de raboter les subventions. Et nous apprenons – avec soulagement – que ces gêneurs d’handicapés (« de » handicapés ?) devront payer leur voyage, leur logement, et probablement leur nourriture.

Résumons : pendant deux semaines, on a fait pleuvoir sur les athlètes « normaux » des masses de fric, en grande partie venu de la publicité. Mais quelle publicité voulez-vous faire avec des éclopés ? Il valait bien mieux enrichir un peu plus Teddy Riner, vous savez, le type qui est copain avec tout le monde – et surtout avec les époux Balkany. Lui va pouvoir s’acheter une nouvelle Porsche et offrir une Mercedès à ses parents, car il a bon cœur, c’est connu, et le monde a les yeux fixés sur lui (il y a de l’espace). Mais n’espérez pas trop qu’il ouvre sa bourse pour des infirmes, ça ne paye guère, en matière de « visibilité ».

Ah, si seulement ces minables athlètes infirmes avaient eu le bon goût de connaître le maire de Levallois...

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Miss Take 23/08/2016 11:37

Tiens regardez ce que l'on peut faire avec un fauteil roulant et un spina bifida...
https://www.youtube.com/watch?v=cpHTxDU5adA
J'ai lu et entendu nos grands athlètes pleurnicher sur leur sort après leur élimination notamment...
Aaron, lui, s'amuse follement c'est le cas de le dire et même s'il se casse un peu les dents de devant... et gagne aussi très bien sa vie ainsi.
Mais je sens dans votre commentaire de ces jeux comme un once de jalousie, non? pourquoi les Brésiliens et pas vous, c'est cela?
Ne désespérez pas! votre maire va TOUT faire pour nous les obtenir ces jeux...et Paris sera ruinée! et nous serons enfin à égalité avec le Brésil, la Grèce et les habitants des villes chinoises (je ne dis pas la Chine) qui ont accueilli ce merveilleux moment de sport et d'abnégation...hum.

Yves-André Samère 23/08/2016 11:52

J’ai regardé la vidéo. Ce jeune téméraire aurait intéressé Barnum, qui l’aurait engagé. Et je ne jalouse les Cariocas que pour leur admirable Christ de Corcovado, c’est ÇA qu’on aurait dû édifier aux Halles ! (Après avoir rasé Saint-Eustache, évidemment)

Cela dit, à l’Hôtel de Ville, Sœur Ânesse fait aussi pas mal d’acrobaties, mais dans le genre politique au ras des paquerettes. Je n’en ai pas fini avec elle...

DOMINIQUE 23/08/2016 07:58

Ces jeux paralympiques en fait auraient dû être plus intéressants que les "normaux", car ils démontrent qu'un handicap n'empêche pas de vivre et de s'amuser. Mais ne rêvons pas : le problème pour les organisateurs c'est que ça ne rapporte pas d'argent. A partir de là, déjà qu'on leur fait la grande charité de les admettre dans cette organisation, faut pas trop en demander non plus, espèce de miséreux à roulettes.
Pas contre, je ne sais pas ce qui se passe dans la tête des judokas géants. Le précédent était le petit copain de Bernie Chirac et de ses pièces jaunes, le nouveau, pote des Balkany.

Yves-André Samère 23/08/2016 08:09

Sans compter le judoka qui est le père de Martin, le petit-fils de Chirac.