Deux idées de campagne pour Valls et Macron

Publié le par Yves-André Samère

Hier, Caroline Fourest, féministe et polémiste (un peu menteuse aussi : l’année dernière, elle s’est laissée aller à mentir sur le plateau d’une émission de Laurent Ruquier, elle s’est fait pincer, et Ruquier a juré qu’il ne l’inviterait plus), a publié sur son blog un article – bien trop long – sur la polémique de la semaine : le burkini. Car enfin, convenez, il n’y a rien de plus important actuellement, et la preuve, c’est que Manuel Valls s’y est mis aussi, pour dire quelques banalités auxquelles absolument personne n’avait songé. Merci, Manuel, tu es notre Sauveur, on va tous voter pour toi l’année prochaine dès que les réputations de Macron et Hollande se seront dissoutes dans le ridicule !

Je passe sur la teneur de ce billet soporifique, pour sauter directement à la conclusion, qui sans doute devait être une blague, mais que le site de marianne.net a dû prendre au sérieux, car elle lui a servi de titre : « Face au burkini, optons pour le nudisme ! ». En réalité, je soupçonne madame Fourest de s’être inspirée d’une photo récente que « Paris-Match », toujours aussi peu racoleur, a publiée le 11 août, et qui a été reprise partout : Macron et sa femme sur une plage de Biarritz, croisant un baigneur tout nu, et le ministre lui adresse un grand sourire. Une idée pour ta prochaine campagne électorale, Emmanuel ?

Je n’ai rien, ni pour ni contre la nudité en public, et cette idée fantasque des gens coincés qui croient que leurs enfants seront traumatisés s’ils voient des gens dans le plus simple appareil, alors que le nu est absolument partout, et que leurs gosses, qui ont Internet, accèdent à tous les sites pornos qu’ils choisissent, sans autre contrainte que de cliquer sur un bouton approbateur qu’affiche la page d’accueil de ces sites, cette idée me fait hurler de rire.

En fait, le problème, s’il y en a un, n’est pas moral, il est esthétique. Il n’est pas attaché à la question du Bien et du Mal, mais du Beau et du Laid. Hélas, il nous faudrait une loi définissant ce qui est beau et ce qui est moche : in-ter-di-sons les individus qui ne sont pas regardables ! On devrait faire délivrer par les préfectures une carte d’autorisation, après avis d’une commission consultative, que pourrait présider Jack Lang, un peu inoccupé en ce moment. Emmanuel Valls, qui est spécialiste en tout comme les marabouts de Barbès, devrait y songer, ça urge.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 17/08/2016 12:04

Les plages seraient désertes, s'il fallait refuser le "laid".
Ils commencent sincèrement à me courir sur le haricot avec cette polémique grotesque du burkini. Ces andouilles oublient tous que les plages seront vides dans même pas 15 jours, rentrée scolaire oblige.

Yves-André Samère 17/08/2016 12:39

Vous connaissez beaucoup d’hommes politiqques qui pensent au-delà d’un horizon de deux semaines ? Sauf, évidemment, s’il s’agit de leur réélection.