Harcèlement

Publié le par Yves-André Samère

Les choses tournent au harcèlement. Hier, sans nommer personne parce que je ne veux pas vexer les commentateurs même s’ils se révèlent un peu lourdingues, j’ai parlé de ces gens connus qui scrutent les moteurs de recherche afin de savoir si (et où) on parle d’eux – comportement que j’estime comique et puéril –, et qui s’étonnent que je les ignore ouvertement.

Or le dernier en date, mécontent que je l’ai un peu snobé, m’écrit ce matin pour la troisième fois, et me fait la leçon sur le thème Faites-savoir-au-populo-que-j’existe-car-il-a-soif-de-savoir. Et il sous-entend discrètement que je fais mal mon travail.

Alors, réponse claire : M. Olivier Las Vergnas, président de l’Association française d’astronomie (ça y est, j’ai écrit votre nom et votre titre), vous me cassez les pieds avec votre insistance. Je continuerai de parler astronomie quand je voudrai, à ma manière et pas à la vôtre. Quant à vos messages, ils suivront le parcours habituel. Estimez-vous heureux qu’ils ne finissent pas au fond du couloir à droite. J’ai refusé de travailler dans un journal et d’en percevoir un salaire, parce que je ne voulais pas obéir aux caprices d’un patron. C’est définitif.

Vu ?

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :