Prendre les spectateurs pour des ignares

Publié le par Yves-André Samère

Autrefois, les films de langue anglaise étaient traduits en français par des dialoguistes ou des sous-titreurs soucieux de faire comprendre, aux spectateurs ignares que nous étions, les subtilités des civilisations étrangères. Si bien que, lorsqu’une histoire se passait aux États-Unis et qu’il était question du 4 juillet, qui est la Fête nationale là-bas, on remplaçait cette date par le 14 juillet bien de chez nous. Il fallait trouver des équivalences pour que nous comprenions bien. C’était très aimable.

Aujourd’hui, on a laissé tomber ce genre de précaution, mais on en a trouvé d’autres. Sachant qu’il ne faut surtout pas « choquer » les âmes sensibles que nous sommes devenus, c’est le langage qu’on ripoline au politiquement correct. J’ai raconté il y a quelque temps ce détail curieux ayant affecté les sous-titres d’un excellent film anglais de 1955, The dam busters. Il y avait là un personnage qui possédait un chien noir appelé Nigger (en français, nègre), ce qui, en 1955, ne dérangeait personne (et surtout pas Léopold Sédar Senghor, qui a fait de la négritude une sorte d’étendard). Mais, lorsque j’ai vu le film à la télévision dans une version rénovée dont les sous-titres avaient été refaits, Nigger était devenu Trigger (en français, gâchette). Non seulement c’était idiot, mais cette censure produisait l’effet inverse, puisqu’on n’avait pas pu modifier la bande sonore et qu’on entendait toujours « Nigger » lorsque le maître appelait son chien ! Le sous-titreur trop zélé n’avait pas entendu parler de Gribouille, ce personnage qui plongeait dans la rivière pour échapper à la pluie, et qui doit être l’ancêtre des homéopathes, à mon avis.

Mais, dans les pays de langue anglaise, on n’hésite pas à censurer la bande sonore, et les émissions de télévision états-uniennes sont truffées de bips destinés à couvrir certains mots, euh... laids. Comme il ne faudrait surtout pas ternir l’innocence des enfants de ce pays, impossible de leur laisser entendre des termes comme bitch, fuck ou shit, qu’ils ignorent évidemment et qu’ils pourraient répéter. Et puis, il existe cette équivalence au célèbre Merde ! que les acteurs français disent ou écrivent à leurs chers confrères lorsqu’ils jouent une pièce pour la première fois, mot censé leur porter chance. Eh bien, aux États-Unis, on ne profère pas une telle horreur, on dit plutôt “Break a leg!” (« Casse-toi une jambe ! »). C’est beaucoup plus gentil. Et j’imagine que si notre général Cambronne avait su ce détail, il se serait mieux fait comprendre du général Wellington, et nous aurions certainement gagné la bataille de Waterloo !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

J'ai raison. 06/08/2016 18:47

Je relisais hier Tintin en Amérique: le mot "nègre" revient au moins deux fois; je l'ai relevé, mais pas sûr que les lecteurs de l'époque en aient fait autant. Il a peut-être disparu avec les rééditions, et il me semble que Tintin au Congo a aussi été quelque peu remanié... De toute façon, il reste certains morceaux de rap si on veut se mettre du "nigger" plein les oreilles.

Yves-André Samère 06/08/2016 20:19

À l’époque où Hergé dessinait, ce langage était banal et ne dérangeait personne, pas même les Noirs. Aujourd’hui, les crétins se déchaînent contre le dessinateur, qui est mort depuis longtemps – ce qui doit lui faire beaucoup de peine. Par exemple Xavier Leherpeur, le critique de cinéma qui sévit dans “Le masque et la plume”, et qui avait hurlé qu’« on a[vait] marre du colonialisme d’Hergé » tel qu’on le voit dans « Tintin au Congo ». Pour deux malheureuses cases tout à fait anodines où Tintin fait la classe à un groupe d’enfants.

Au fait, je n’ai entendu aucun critique de cinéma dire le moindre mot contre Orson Welles, qui étale un racisme envahissant (et qui s’en vante) dans une série de conversations avec son ami Henry Jaglom, et y fait l’éloge des gens d’extrême droite, TELLEMENT sympathiques !...

Et puis, pour mémoire, cet article que j’avait écrit ici il y a quatre ans et demi : http://y-a-s.over-blog.fr/article-ce-tintin-quel-juif-quel-arabe-99081667.html

DOMINIQUE 06/08/2016 15:34

Pareil pour les romans. "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" d'Harper Lee, qui se passe dans le Sud des Etats-Unis dans les années 30, dont un des thèmes principaux est le viol d'une femme blanche par un noir, utilise le mot "nigger". Or, depuis une vingtaine d'années des associations de familles militent pour que ce livre, qui est un des classiques de la littérature américaine, soit retiré de l'enseignement car il utilise justement ce mot.
Un livre passionnant (je suis une critique littéraire redoutablement nulle). Paru dans le "livre de poche".

Yves-André Samère 06/08/2016 19:26

Sans doute, mais cette traduction date peut-être un peu. Aujourd’hui, le traducteur serait mis au pilori.

DOMINIQUE 06/08/2016 18:31

Oublié de dire que l'excellente traduction française utilise bien le mot "nègre".

Yves-André Samère 06/08/2016 15:48

Laissons les crétins faire du battage en vue de supprimer du vocabulaire les mots qui les gênent pour de mauvaises raisons. Mieux vaudrait faire disparaître les mots inutiles – ou le sens des mots employés à tort et à travers.