Queen : 1. Freddie Mercury

Publié le par Yves-André Samère

Il y a quelques jours, un ami m’a envoyé une photo prise à Montreux, en Suisse, et représentant la statue de Freddie Mercury. Ce qui m’a donné l’envie d’écrire sur le groupe Queen, puisque je ne l’avais jamais fait (enfin je crois, car je ne me souviens même pas de ce que j’ai fait il y a une heure et que j’aurai oublié cette pharase dans une autre heure).

En fait, il faut distinguer Queen et Mercury, car ils diffèrent, et de beaucoup. Les trois autres membres du groupe, d’une part, sont toujours vivants (!), et ils possédaient un fort bagage intellectuel, outre que Freddie était le seul bisexuel du quatuor et plaçait la musique au-dessus de tout. Il était d’ailleurs le plus doué, sur ce plan, car il jouait du piano, composait des musiques, écrivait des textes, et usait d’une voix hors du commun – ce qui avait fait écrire à un journaliste crétin d’« Actuel » que c’était « une sorte de Luis Mariano ». Mieux vaut en ricaner, bien que je n’ai rien contre Mariano... Sa voix était si belle qu’une grande cantarice, Montserrat Caballé, avait souhaité faire un duo avec lui, et ils enregistrèrent Barcelona (playback de 1988 ICI), qui fut chantée lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de 1992. Soit dit en passant, une imposture existe sur YouTube : une vidéo trafiquée, qui tend à faire croire que le ténor lyrique Luciano Pavarotti, lui aussi, avait chanté en duo avec Mercury. Mais c’est faux, ils n’ont jamais chanté ensemble ! La vérité est qu’on a partagé l’écran en deux parties, qu’on a collé sur la droite un extrait en vidéo de Mercury regardant vers la gauche, et que, dans l’autre partie, on a inclus une seconde vidéo où Pavarotti chante en duo avec Brian May. Seule la bande sonore, d’ailleurs très bien faite, fait le lien entre les deux, et tente de faire croire qu’il s’agit d’un seul enregistrement.

Freddie Mercury, très influencé par Liza Minelli, faisait souvent le clown sur scène, au contraire de ses trois amis, qui restaient impassibles. Il se mettait une perruque et des faux seins, arrosait le public avec une bouteille d’eau, cavalait dans tous les sens. Mais sa voix restait ce qu’elle était, sublime. Lorsqu’il sut en 1987 qu’il avait le sida, il avait demandé à ses camarades de le faire travailler le plus possible, afin de constituer des réserves de chansons à sortir plus tard. Et, le 23 novembre 1991, il fait publier un communiqué annonçant qu’il a le sida.

Il est mort le lendemain.

Comme l’a écrit Éric-Emmanuel Schmitt, « quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent »...

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 11/08/2016 19:16

Oui, il se déguisait en reine d'Angleterre aussi, ou portait un T-shirt Mickey. Et sa voix... On se repasse la vidéo de "Queen à Wembley" de temps en temps. Toujours le même plaisir.

Yves-André Samère 11/08/2016 22:36

Une vidéo que j’ai aussi !