Queen : 2. John Deacon

Publié le par Yves-André Samère

Le début de cette notule va probablement me valoir quelques désaveux, mais tant pis.

Je considère que le groupe Queen est le meilleur qui, dans le passé, a jamais existé dans le domaine du pop-rock. Laissons tomber les groupes français, qui n’ont jamais atteint la notoriété internationale, et ceux des États-Unis, très inférieurs à ceux du Royaume-Uni. Au royaume d’Elisabeth II, il y a eu Pink Floyd, né en 1965, et les Rolling Stones, nés en 1962, mais Queen, apparu en 1970, les dépasse en talent et en intelligence. Or, dans cette série d’articles, c’est ce dernier point qui m’intéresse. L’aspect musical est mieux traité par d’autres...

Des quatre membres de Queen, seul Freddie Mercury ne semble pas avoir été attiré par la science. En fait, hors la musique puisqu’il a étudié très tôt le piano, il s’intéresse surtout à l’art graphique, décroche un diplôme en art graphique et design, et fait un peu de bandes dessinées, mais il se lance aussitôt dans la chanson, où il fera la carrière bien connue.

John Deacon, lui, fut le plus jeune membre du groupe et le dernier recruté, en février 1971, à dix-neuf ans. Il jouait de la guitare basse et ne chantait jamais, tout au moins sur leurs disques. Campé sur le côté gauche de la scène (à gauche pour les spectateurs), il ne bougeait pas non plus, au contraire de Mercury, qui cavalait dans tous les azimuts. Il gérait les finances du groupe, mais se passionnait aussi pour l’électronique, qu’il étudia à la Beaucamp Grammar School, à Leicester. C’est ainsi qu’il inventa un amplificateur de sons, le Deacy Amp, vite adopté par l’autre guitariste du groupe, Brian May, et fréquemment utilisé. Puis il obtint le General Certificate of Education, avec huit O-Level (niveau ordinaire) et trois A-Level (niveau avancé), tous avec les notes maximales, et continua ses études au Chelsea College, à Londres, puis au King’s College – celui de Londres, pas de Cambridge. Il arrêta ses études en mars 1974, alors qu’il allait décrocher une maîtrise en sciences, mais il était déjà diplômé depuis deux ans, et ingénieur en électronique.

Deacon, auteur et compositeur de quelques chansons parmi les plus gros succès de Queen, se révéla un « pur et dur » de la musique, peu enclin aux compromis, et, après la mort de Mercury, refusa de continuer avec Queen, car Brian May et Roger Taylor avaient choisi un remplaçant, Paul Rodgers, qui ne lui semblait pas à la hauteur. Et ce fut pire lorsqu’ils recrutèrent Robbie Williams, dont il écrivit « Robbie Williams n’est pas Freddie Mercury. Freddie ne pourra jamais être remplacé – et certainement pas par lui ». Il ne se joignit donc pas à ses camarades lors de leur prestation à la cérémonie de l’ouverture des Jeux olympiques de Londres, il y a quatre ans.

Il est aujourd’hui riche et retraité.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :