Sac à papier !

Publié le par Yves-André Samère

Cette expression, pour laquelle je remercie le capitaine Haddock, me fournit le titre du jour.

Attendu que Ségolène Royal trône au ministère de l’Écologie, il fallait s’attendre à un déferlement de nouvelles obligations, lumineuses d’intelligence : souvenez-vous de ces portiques, édifiés à grands frais, qui devaient aider à collecter les taxes infligés aux camions, mesure qui avait tant plu aux Bretons qu’on s’est empressé de l’annuler. On n’a jamais su qui devrait payer l’addition...

Récemment, on a fait savoir aux foules que, désormais, les magasins ne pourraient plus proposer de sacs en plastique à leurs clients. Désormais, ils emballeront leurs achats dans des sacs en papier. Mais le génie de la bureaucratie qui a conçu cette innovation ne doit pas souvent faire ses courses, et il n’a jamais pensé qu’un sac en papier est opaque – pas transparent comme un sac en plastique. Par conséquent, les caissières auxquelles vous réglez vos achats ne peuvent pas savoir ce que contiennent les sacs que les clients leur présentent. Elles sont donc obligées d’ouvrir TOUS les sacs pour en identifier le contenu. Car enfin, vous ne pouvez pas vous pointer avec votre propre sac, et y enfourner en vrac tomates, bananes, pommes de terre et cerises.

On imagine bien que cette cérémonie fait gagner aux caissières un temps considérable ! Délai dont profitent aussi les clients, qui piétinent désormais quelques secondes de plus. Il serait intéressant de pouvoir calculer la dépense supplémentaire qui en résulte pour les gérants du magasin, qui perdent ainsi une partie de leurs clients, dégoûtés d’attendre encore davantage.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

M
Merci au bien-aimé Achille Talon d'avoir rectifié lui même car j'allais le faire!
Ceci dit toutes ces mesures dites écologiques devraient aller vers plus de simplicité ...mais c'est peut- être trop demander à nos énarques que d'y réfléchir...ou de laisser faire ceux qui savent...
Répondre
Y
Quel bonheur de se voir rectifié par de si grands personnages ! Je sens que je vais désormais faire beaucoup de fautes volontaires.

(Un énarque qui réfléchit ? Autant demander à Dieudonné de se convertir au judaïsme)
A
Sac à papier : l'auteur n'en est pas le capitaine Haddock, mais Achille Talon.
Répondre
Y
Je dois les confondre, ils se ressemblent tellement ! Et puis le capitaine Haddock a tout dit, on peut bien lui accorder cette citation.