L’inutilité de s’expliquer

Publié le par Yves-André Samère

Les blogs, sachez-le, c’est démodé. Aujourd’hui, si on ne veut pas passer pour un ringard, il faut faire des vlogs. Quoi ! Vous ignorez ce que c’est ? Très simple, c’est un blog en vidéo.

Il y a deux semaines, je suis tombé sur un de ces machins, fabriqué par un type dont je suis les activités depuis deux ou trois ans sur Youtube, et qui, amateur de science rigolote, concoctait des vidéos sur la fabrication des boules puantes et autres sujets d’importance majeure. Je n’ai jamais mis en application ces enrichissants modes d’emploi, mais il n’est pas encore interdit de s’amuser un peu.

Or le premier (et dernier) vlog de ce gars, ICI, m’a rapidement fait suer, et j’ai cessé de le regarder au bout d’une minute. Pourquoi ? Parce que son auteur y expliquait pourquoi il faisait des vlogs. Autrement dit, son chef-d’œuvre expliquait la raison d’être de son existence. Je trouve du dernier vain ce genre d’entreprise, qu’on peut résumer ainsi : écoutez-moi, je vous explique pourquoi je vous explique.

Ma devise préférée sera toujours celle de la famille royale britannique : Never complain, never explain. Traduction libre : ne jamais se plaindre, ne jamais se justifier. À quoi j’ajouterai : ne jamais demander d’aide. « Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul»  (Cyrano de Bergerac, Acte 2, scène 8). Nul n’a jamais contribué à mes petits écrits, et mes lecteurs ont sans doute remarqué que je ne leur demandais jamais ce qu’ils en pensaient. Non pas parce que je dédaigne leur opinion, mais parce que je sors sans ma bonne. Jamais non plus je n’ai demandé l’avis de mes parents pour faire quoi que ce soit. Tout le monde devrait en faire autant.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :