La première de « Quotidien »

Publié le par Yves-André Samère

Cyrille Eldin, qui a hérité du Petit Journal sur Canal Plus, va pouvoir se chercher un bus. À la fois pour rentrer chez lui prendre de longues vacances, et peut-être aussi pour se jeter dessous. Yann Barthès, qui lançait hier son Quotidien sur TMC, émission dont les augures prédisaient qu’elle récolterait 84,2 % d’audience et resterait quand même en deuxième position derrière Cyrille Hanouna (avec 92 % d’audience prévue), a pulvérisé tous les records, et rassemblé 1 300 000 télespectateurs, battant jusqu’à TF1. Et, naturellement, Canal Plus. Les augures ont bonne mine.

Il faut dire que la nouvelle émission, qui a duré presque une heure et demie afin d’en faciliter le lancement, était la copie conforme de l’ancien Petit Journal, avec un studio plus grand mais exactement la même équipe, enrichies de deux ou trois journalistes : on retrouvait donc Martin Weill, que la chaîne a installé à New York jusqu’au 8 novembre, fin de la campagne électorale yankee ; l’excellent Hugo Clément, arrivé l’année dernière et qui a conquis tout le monde en ne ménageant pas le ministre Jean-Yves Le Drian, resté au gouvernement en dépit de l’interdiction du cumul des mandats ; Camille Crosnier, une ancienne elle aussi ; Valentine Oberti, une nouvelle ; sans oublier les autres, déjà vus et qui feront peu à peu leur réapparition. Même Panayotis Pascot, qu’un rédacteur nigaud d’un magazine de télévision a qualifié de « journaliste » alors qu’il est l’incarnation de la fumisterie pince-sans-rire depuis que Raphaël Mezrahi s’est un peu estompé dans le paysage, ne semble pas avoir souffert que, depuis quelques mois, son père Philippe soit devenu plus connu que lui après trois livres qui étrillent copieusement la classe des parlementaires. Au fait, Panayotis, qui a 18 ans, a bien décroché son bac scientifique, et l’a annoncé le 5 juillet. En réalité, seul(e)s Catherine et Liliane manquent à l’appel, parce que devenu(e)s vedettes de Canal Plus.

Au chapitre du moins bon, j’ai trouvé un peu long le numéro des deux clowns Éric et Quentin, qui ont hypocritement louangé TF1 sur le mode on-n’y-croit-pas-tellement et se sont un peu payé la tête de Bolloré ; misérable, ce groupe de chanteurs au rabais, cinq hommes et une fille qui se sont baptisés La Femme, et ont laissé à leur chanteuse le soin d’ânonner des paroles dont on n’a pas saisi un mot ; et surtout, les deux invités. D’abord, au lieu de rappeler Catherine Deneuve qui avait ouvert et fermé le Petit Journal l’année dernière, Barthès a préféré un duplex avec Vanessa Paradis, depuis son logement de Los Angeles, or la chanteuse, comme toujours, n’avait rien à dire et l’a dit longuement. Et puis, faire venir sur scène Christiane Taubira sans jamais évoquer devant elle sa trahison de la gauche en 2002, qui a fait éliminer Jospin et nous a valu quatorze ans de divers gouvernements où règnent les filous, les marlous, les canailles et les incapables – ces diverses qualités ne s’excluant pas –, c’est une tache sur son pourpoint immaculé.

Ce soir, on invite Bruno Lemaire. Il n’a aucun intérêt lui non plus, mais on pourra rire à ses dépens, et c’est tout ce qui compte. Et demain, le Dalaï-Lama, pour sa seule télé en France. On  va rire encore davantage.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

cacciarella 15/09/2016 17:37

La chose qui m'a le plus ennuyé c'est d'apprendre que Madame Taubira écoute Monk et Miles, 2 de mes musiciens préférés , ce qui doit être plutôt rares , à notre époque ; devrais-je reconsidérez le point de vue que j'ai d'elle ?

Yves-André Samère 15/09/2016 18:22

Oui, c’est trop grave. Ces musiciens n’ont pas mérité ça !

Julien 13/09/2016 21:43

Je trouve l'émission bien trop longue. Elle manque de rythme, certaines transitions semblent subies plutôt que préparées. Vincent D a lu une chronique tellement faible que je ne suis pas pressé de le revoir. Même Barthès semble en faire trop, le stress, sans doute. Vivement qu'il trouve ses marques !

Yves-André Samère 14/09/2016 06:10

Comme je l’ai écrit, l’émission est longue parce qu’elle débute, et que cela doit faire un peu catalogue. C’est le contraire du principe de la bande annonce, on montre tout ce qu’on a en réserve.

Quant à Vincent Dedienne, il ne faut pas oublier qu’il vient de France Inter. Lourd handicap. On peut parier qu’il ne tiendra pas longtemps, comme d’autres avant lui.

Damien 13/09/2016 19:33

Tu confonds Hervé Mariton et Bruno Le Maire.
Ou plutôt, tu as fusionné les 2, qui n'ont de toutes façons aucune chance dans ces primaires à droite, même si eux même y croient... Ce sont bien les seuls

Yves-André Samère 13/09/2016 20:06

Merci, j’ai corrigé. Mais c’est vrai qu’il y a de quoi confondre !