Lâcheté journalistique

Publié le par Yves-André Samère

Ce jour, entre onze heures et midi sur France Inter, dans son émission La bande originale, Nagui recevait Bruno Solo et Yvan Le Bolloc’h, et comme les deux acolytes ont fait auparavant le métier d’animateurs dans je ne sais quelle radio-télé, la conversation tombe sur les invités qui se révèlent imbuvables : n’ouvrant pas la bouche, ne révélant rien, ne riant pas aux fines plaisanteries des amuseurs de la maison, bref, incapables de mettre en valeur celui qui les a invités !

Mais, comme d’habitude, après avoir affirmé avec beaucoup d’audace que, « des comme ça, on en a rencontré des tas », c’est motus et bouche cousue : pas un nom ne sera prononcé. Vous ne voudriez pas qu’après avoir joué les matamores, ces messieurs de la radio tombent dans la délation, non ?

Ce truc-là est aussi vieux que la radio, et même Claude Villers l’a utilisé : on appâte l’auditeur, mais on ne lui donne rien en plat de résistance. Cela me rappelle ces journalistes qui ont posé une question un peu gênante à un homme politique, lequel a refusé de répondre et a pris un chemin de traverse pour parler d’autre chose. Or, croyez-vous qu’un journaliste a jamais osé dire au micro « Monsieur Untel a REFUSÉ de répondre à ma question » ? Non, tous se réfugient dans la fuite et racontent que Monsieur Untel n’a pas souhaité répondre.

Qu’est-ce que les « souhaits » viennent faire dans cette galère ?

J’imagine que, dans les écoles françaises de journalistes (et d’animateurs de radio-télé), on apprend avant tout la lâcheté.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

cacciarella 03/09/2016 15:07

Il est vrai que goûter au duo Algout Morin vaut tous les sacrifices; si je pouvais savoir les jours où il y a
à coup sûr , le père Albert ,ce serait l'idéal

Yves-André Samère 03/09/2016 17:03

Le présentateur de l’émission ne sait pas quels jours viendront les animateurs occasionnels. Un jour, j’avais demandé à Stéphane Bern quels jours venait Didier Porte. Il m’a répondu qu’il n’en savait rien, car ce n’était pas lui qui établissait le programme. C’est du domaine du producteur, et il ne l’a jamais été.

Miss Take 03/09/2016 09:14

Votre abnégation est admirable! Quand même....écouter "la bande originale" sans y être obligé ni menacé ni rien... personnellement je n'ai pas votre force!

Yves-André Samère 03/09/2016 11:30

C’est surtout pour Daniel Morin, qui a de la répartie et sait improviser, et le « père » Albert. Les autres ne m’intéressent pas, et les invités venus faire la retape m’horripilent. On en a un peu marre de ces chanteurs, acteurs et cuisiniers qui défilent en rangs serrés. Et plus que marre de Nagui, l’incarnation de la modestie contrariée.