Morel s’insurge contre les incultes

Publié le par Yves-André Samère

Ce matin, François Morel, sur France Inter, a été jubilatoire. Oh pardon, je viens d’écrire une ânerie ! (Qui a crié « Ça t’arrive souvent ! » ?

Justement, à propos de jubilatoire, Morel prenait pour cible les gens qui, à France Inter ou ailleurs, par snobisme, par panurgisme ou par ignorance, massacrent la langue française à coup d’expressions toutes faites, stupides, et qui traînent partout, principalement dans la bouche des gens de médias, lesquels se singularisent en parlant tous de la même façon, et dont vous savez à quel point je les vénère. Voici donc quelles ont été les cibles de Morel : impacter, du coup, c’est juste (blablabla), au jour d’aujourd’hui, décalé, déjanté, jubilatoire.

Jolie moisson, mais enfin, il n’a pas exploité le champ entier des billevesées langagières. Sa moisson eût été plus abondante s’il avait consulté ma rubrique Vocabulaire à la con, riche à ce jour de 179 billets sarcastiques. On y trouve de tout. Jetez un coup d’œil sur les titres, vous allez trouver de quoi vous contenter. De l’argot inutile à la faute de grammaire en passant par les contresens (par exemple glauque utilisé dans le sens de trouble ou louche) et les prononciations ridicules, il y a de quoi mutiler gaillardement son langage.

Je termine en asticotant Morel, puisque lui aussi a commis en public une belle faute de français : il y a environ trois ans, il avait enregistré un texte à dire en voix off pour un spectacle de Didier Porte, et on avait pu entendre qu’une vieille dame s’était FAITE agresser par des voyous. Ce texte déficient, il est vrai, avait eu pour auteur un humoriste pas très scrupuleux avec la langue française, et qui commettait très fréquemment ce genre de faute, mais Morel, qui est cultivé, LUI, aurait pu corriger de sa propre initiative. Tout comme Isabelle Huppert aurait pu refuser de dire, dans plusieurs de ses films, « Tu t’rappelles DE ça ? ».

Ces artistes, presque tous mis sur un piédestal, devraient bien retourner à l’école. En évitant si possible de dormir sur le radiateur.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

cerfeuil 30/09/2016 16:19

Quand j'ai entendu, pardon, écouté l’intervention de François Morel ce matin j'ai pensé que vous en étiez l'auteur. Je vous trouve dur avec lui quand vous lui reprocher que de n'effleurer le sujet, pour deux raisons.S'il s'était servi de vos travaux sa rubrique aurait débordé sur l'émission du petit Égyptien et, secundo, vous l'auriez traité de vil plagiaire (d'accord, vil est surnuméraire).

Yves-André Samère 30/09/2016 17:41

Je ne lui ai pas vraiment reproché d’avoir fait court. On sait ce que c’est que de faire trop long, et je tâche de ne pas écrire de pavés, comme ce commentaire que j’ai reçu hier, qui était trois fois plus long que mon article. Et qui a donc atterri dans la corbeille, parce que personne ne l’aurait lu jusqu’au bout. Certains n’ont pas compris qu’il faut éviter de faire une dissertation à la manière de Fidel Castro !