Myopie présidentielle

Publié le par Yves-André Samère

Aquilino Morelle, ancien auteur des discours de ce pauvre Hollande, aimait trop les souliers. Il a pris la porte, et a été remplacé par Pierre-Yves Bocquet, ancien journaliste musical dans le domaine du rap, mais peut-être pas spécialiste de l’Histoire. Logiquement, pour avoir fait dire à son patron une énorme bêtise dans son discours d’aujourd’hui, il devrait prendre le même chemin que le porte-plume précédent. Mais enfin, Hollande, dont on dit qu’il ne s’intéresse qu’à la politique, aurait pu vérifier son texte avant de sortir en public deux énormités.

Parlant de la démocratie « qui triomphe toujours », il n’a pas pensé à mentionner que, parfois, elle prenait son temps. Ainsi, en Union Soviétique, cela ne lui a pris que soixante-douze ans, de 1917 à 1989.

Ensuite, il a lancé avec aplomb que tous les dictateurs « qui se croyaient inamovibles » ont été renversés. Voici quelques exemples de dictateurs « renversés » :

- Mao, le pire dictateur de l’Histoire, responsable de cent millions de morts au bas mot (on ne sait pas vraiment, la Chine ne fait pas de statistiques). Jamais contesté par le peuple, et ses portraits sont toujours en place. Mort de maladie en 1976, à 83 ans. Inhumé dans un mausolée.

- Staline, qui vient juste après dans le palmarès du nombre de morts (dont trois millions de paysans victimes de la famine qu’il avait organisée afin de supprimer la paysannerie et de la convertir au prolétariat). Vingt millions de victimes. Mort en 1953, de maladie, à 73 ans.

- Franco, dictateur en Espagne de 1939 à sa mort en 1975. Jamais inquiété. Mort de maladie.

- Pinochet, dictateur au Chili, de 1973 à 1990, en exil ensuite. Mort en 2006, à 91 ans.

- Sékou Touré, dictateur de Guinée, un pays qui de son vivant, ne comptait aucune librairie. Très sanglant. Mort à 62 ans dans un hôpital états-unien.

- Joseph Mobutu, dictateur du Congo-Léopoldville, qu’il a rebaptisé Zaïre (nom tombé en désuétude après sa mort). A fait pendre en public quatre de ses ministres, accusés à tort. Richissime, car tout lui appartenait, avait-il décidé. Jamais menacé par son peuple. Mort du cancer à 67 ans, au Maroc.

- Hassan II, roi du Maroc. Seul dictateur au monde ayant envoyé au bagne un enfant de trois ans et demi, Abdellatif Oufkir (avec sa mère, sa tante, son frère aîné et ses trois sœurs) pour punir la famille du crime de son père : avoir organisé un attentat contre lui. À 18 ans, Abdellatif s’évade avec sa sœur Malika, est repris par la police et renvoyé au bagne pour quatre ans de plus. Le tyran est mort de maladie à 70 ans. Même son fils, le roi actuel, l’a désavoué, et on a donné à une rue de Casablanca le nom d’une de ses victimes, Mehdi Ben Barka.

- Idi Amin Dada, dictateur de l’Ouganda. Jetait ses ministres aux crocodiles, et a fait exécuter 200 fonctionnaires « incompétents ». Présumé cannibale. Parvenu au pouvoir à la suite d’un coup d’État. A fait possiblement 250 000 victimes. Mort en exil en Arabie Saoudite, en 2003, à 75 ou 79 ans (on ignorait sa date de naissance).

- Robert Mugabe, dictateur du Zimbabwé. Doyen des chefs d’États en Afrique. Se vante d’être « diplômé en violence », de pratiquer la torture et de vouloir faire mieux qu’Hitler. Affame son peuple, a confisqué l’aide alimentaire internationale. Toujours en fonction.

- Ahmed Ben Bella, installé en Algérie dans le fauteuil présidentiel après avoir fait un coup d’État qui a renversé Ahmed Ben Kheddah, le titulaire du poste. À l’été 1963 qui a suivi la déclaration d’indépendance, a donné aux Algériens le feu vert pour massacrer les harkis, restés fidèles à la France, dans les conditions les plus atroces. Entre quarante mille et cent mille morts (il n’y avait pas plus de statistiques en Algérie qu’en Chine). Renversé deux ans plus tard, mais pas par la démocratie : comme au Burkina Faso plus tard, c’est son homme de confiance et ministre des Armées, Houari Boumedienne, qui l’a dégommé pour prendre sa place, et l’a jeté au cachot pour quatorze ans. Libéré puis exilé, mort de maladie en 2012.

Il y en a une foule d’autres, mais cela devient lassant pour moi et pour vous. Cher président Hollande, vos fiches ne sont pas à jour, et votre nègre est incompétent. Je suis à votre disposition.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :