Lettre au « père » Albert et au maréchal Ganache

Publié le par Yves-André Samère

Voici le texte de la lettre que je compte envoyer au « père » Albert, alias Maréchal Ganache, qui, sous le pseudonyme d’Albert Algoud, vient de publier un Dictionnaire amoureux de Tintin – ouvrage que j’ai acquis dès sa sortie, car je suis tintinolâtre depuis mes dix ans.

« Monsieur le maréchal et cher “père” Albert, c’est le cœur brisé que je vous fais cette lettre, que vous lirez peut-être, si vous avez le temps. En effet, si je me suis précipité sur votre Dictionnaire amoureux de Tintin, il m’a procuré à la fois un choc et une déception. Voici le détail des deux.

Comme bien des lecteurs, j’ai d’abord ouvert votre livre au chapitre des jurons du capitaine Haddock, page 349, pour constater qu’hélas, vous n’en donniez pas la liste ! Ce travail de compilation était pourtant facile à mener à bien. Passons.

De plus, la première phrase de ce chapitre est la suivante : « Je croyais avoir dit l’essentiel sur les jurons du capitaine Haddock, mais à relire les albums où il éructe, offense et abomine, je me rends compte qu’elles sont d’autant plus riches de significations qu’elles s’inscrivent dans une économie rhétorique, etc. ».

Elles ?! Voilà donc le nom juron victime de la théorie du genre ? Serait-ce l’effet rétrospectif des tortures que vous ont fait subir ces salauds de Viets, ou auriez-vous résolu de prendre le contrepied de ces distraits qui, ayant commencé une phrase contenant le mot personnes, la continuent en disant « ils » ? (Ce travers revient sans cesse, tant à l’audio qu’à l’écrit)

Je sais bien que, comme le radote Alain Rey chaque fois qu’on lui tend un micro, la langue doit évoluer. Mais dans quel sens ? Vers toujours plus de cancritude ?

Bien à vous.

Un admirateur navré. »

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Je ne sais pas si j'aurais vu cette erreur, et vous félicite de votre rigueur, cependant, je dois vous faire remarquer que le travail de compilation concernant les jurons du capitaine a déjà été accompli, par le même Albert Algoud, dans son recueil "le Haddock Illustré - l'intégrale des jurons du capitaine", paru chez Casterman en 1991 !
Répondre
Y
Merci pour ce renseignement. Je n’avais pas ce livre, mais je le trouverai.
D
Scandaleux. Vous devriez écrire directement au capitaine Haddock afin qu'il trouve lui-même le juron approprié pour définir cette injure...non mais!
Répondre
Y
J’espère bien qu’il me rendra hommage publiquement ! Parce que je le vaux bien.
Y
Je n’ai pas l’adresse précise du capitaine. Mais je vais la demander à Bianca Castafiore.
D
A force de fréquenter les fumeries d'opium, ce pauvre Maréchal Ganache a confondu "injures" et "jurons".
Répondre
Y
Ce doit être ça.
C
Je suis sûr qu'Albert Algout se délectera dans votre lettre que vous tataniez les miches du Père Albert à coups de rangers en buffle du Tonkin, les mêmes godasses que traînait le Maréchal Ganache dans les rizières à la poursuite du Viet, entre deux pipes d'opium.
Répondre