Mais oui, brûlez donc les homosexuels !

Publié le par Yves-André Samère

Jamais, sans doute parce que je suis trop bête, je ne comprendrai pourquoi il faudrait détester les homosexuels au point de les traiter comme on le fait dans certains pays. Même enfant, je ne marchais pas dans cette lubie qui consistait à les railler, pour un comportement dont je voyais bien : 1. qu’il ne nuisait à personne, et 2. qu’ils ne l’avaient pas choisi. Et j’ai connu un jeune Arabe assez efféminé qui s’est fait assassiner parce qu’il « déshonorait l’islam » – sic.

Actuellement, il reste huit pays où l’homosexualité est punie de mort selon la loi locale : l’Afghanistan, l’Arabie Saoudite, l’Iran, la Mauritanie, le Qatar (oui, ce pays auquel nous vendons nos grands magasins... et le PSG !), le Yemen, le Pakistan et le Soudan. Plus douze États du Nigeria (qui est fédéral) et certaines régions de la Somalie qui sont tenues par les chebabs (les membres de la milice islamiste somalienne).

Outre cela, il existe d’autres pays, comme la Russie, où les lois restreignent la liberté d’expression et d’association, ou qui expédient en prison les prétendus délinquants. Toute l’Afrique du Nord est dans ce cas. En fait, le seul pays africain ayant reconnu le mariage homosexuel est l’Afrique du Sud. De quoi faire réfléchir. Le continent américain, lui, est plus civilisé. Le Canada et les États-Unis ne voient plus aucune objection à ce changement, et le Mexique reconnaît les mariages faits à l’étranger. En Amérique du Sud, sont à la traîne le Pérou, le Vénézuela, la Bolivie, le Paraguay, le Guyana et le Suriname.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Gilles 12/10/2016 18:23

J'ai lu il y a peu qu'une certaine tradition d'homosexualité existait chez les arabes. On peut s'en convaincre en lisant Henry de Monfreid qui était lui-même un converti. D'après des spécialistes, l'Islam prévoyait au paradis des pieux la présence d'adolescents et d'éphèbes, en plus des 72 vierges.

Yves-André Samère 12/10/2016 22:56

En tout cas, il y a en Égypte l’oasis de Siouah, qu’Alexandre le Grand a visité, et où les hommes épousaient des garçons. Bien entendu, la coutume a disparu, et c’est vraiment devenu un coin à touristes, très cher malgré un confort rudimentaire.