Les Gaulois, nos « ancêtres » ?

Publié le par Yves-André Samère

L’homme le plus cultivé de France – vous avez reconnu Sarkozy – a sans doute appris l’Histoire de France en lisant les albums d’Astérix, les jours où il délaissait La princesse de Clèves. En foi de quoi, il a prétendu que les Français avaient pour ancêtres les Gaulois.

Mais que savait-on vraiment des Gaulois, à l’époque où on les a considérés comme nos « ancêtres » ? Pas grand-chose, de vagues notions, plus proches du bobard que de la vérité historique. Déjà, quand Roger Peyfefitte publiait des romans, il racontait que les Gaulois allaient à la guerre entièrement nus (il prenait sans doute ses fantasmes pour des réalités, comme le jour où il a commencé en 1976 son livre Tableaux de chasse en prétendant que le pape Paul VI était homosexuel).

En réalité, l’histoire de la Gaule a été forgée par les Romains eux-mêmes, soucieux de montrer que ces grands civilisateurs avaient soumis un peuple barbare. Alors que de nombreuses recherches archéologiques ont depuis révélé que plusieurs villes gauloises avaient existé avant l’arrivée des Romains ; qu’elles comportaient des fortifications et un système d’écoulement des eaux usées ; que ces Barbares étaient doués pour le travail du fer et l’orfèvrerie ; qu’ils s’intéressaient à l’hygiène (ils avaient même inventé un savon à base de suif et de cendres) ; et qu’ils pratiquaient la chirurgie. Mieux, ce peuple « sous-développé » avait des échanges commerciaux avec les peuples de la Méditerranée, moissonnaient leurs terres avec des machines bien avant que les Romains renoncent à la faucille, et ont... inventé le tonneau quand les Romains en étaient encore à l’amphore !

Les Gaulois, qui ne se bornaient pas à vivre dans les limites de la France actuelle mais débordaient aussi sur l’Italie et l’Allemagne, n’ont été considérés comme les ancêtres du peuple français qu’à partir de la Révolution, pour une raison toute de propagande : il s’agissait de les opposer aux Francs, d’origine germanique et vus alors comme les ancêtres des aristocrates tant haïs. C’était un peu gros, mais on sait ce que c’est : plus c’est gros, mieux ça marche. Et ça a marché. Ce n’est pas d’aujourd’hui que l’histoire officielle sert à la propagande du Pouvoir politique.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 20/11/2016 17:55

Tonneaux et roues. Ils exportaient dans toute l'Europe. Mais, comme pour beaucoup de peuples, ils étaient de tradition orale. Les seuls témoignages écrits, plus ou moins truqués, sont ceux des Romains.

DOMINIQUE 21/11/2016 10:59

En effet, cher ami, that is the question.

Yves-André Samère 21/11/2016 10:53

Sans les tonneaux des Gaulois, où mettrait-on le goudron pour coller les plumes ?