Qui a vraiment créé la Sécurité sociale ?

Publié le par Yves-André Samère

Longtemps, comme quatre-vingt-dix-neuf pour cent des Français mal renseignés puisque dûment canalisés par la pensée unique, j’ai cru sincèrement que De Gaulle avait créé la Sécurité sociale en 1945. Or c’est faux !

Il faut se rappeler que De Gaulle, homme foncièrement de droite et qui estimait être le seul à incarner la France, détestait les partis politiques, et que, par-dessus tout, il haïssait le Parti communiste. C’est d’ailleurs pour ne plus avoir affaire aux cinq ministres communistes (Maurice Thorez, Ambroise Croizat, François Billoux, Marcel Paul et Charles Tillon) qu’il avait été forcé de prendre dans son gouvernement, en raison de l’action déterminante des communistes contre l’occupant nazi, qu’il avait démissionné en janvier 1946. Or le véritable créateur du projet de Sécurité sociale (assurance maladie et système des retraites), inspiré de ce qui existait déjà à l’étranger, était l’un de ces communistes, un ancien ouvrier de la métallurgie, et fils d’ouvriers, Ambroise Croizat. Et De Gaulle n’était pas du tout partisan de la création d’une Sécurité sociale.

Croizat, lui-même ouvrier d’usine dès l’âge de treize ans, s’inscrivit à la CGT et devint secrétaire général de la Fédération des travailleurs de la métallurgie. Il avait d’abord été socialiste, à la SFIO, avant d’entrer au Parti Communiste dès sa fondation en 1920. Après bien des tribulations, il devint ministre du Travail dans le gouvernement provisoire que De Gaulle présidait au début, du 21 novembre 1945 au 26 janvier 1946. Ensuite, après la démission de De Gaulle, ministre du Travail et de la Sécurité sociale du 26 janvier au 16 décembre 1946, dans les gouvernements dirigés par Félix Gouin puis Georges Bidault. Et enfin, du 22 janvier au 4 mai 1947, dans celui dirigé par Paul Ramadier, avant que les communistes disparaissent du gouvernement jusqu’en... 1981 (avec Charles Fiterman, Anicet Le Pors, Jack Ralite et Marcel Rigout, qui démissionnèrent ensuite, en juillet 1984). Et c’est à ce poste qu’ayant tenu à créer un système de système de protection sociale, Croizat fonda l’assurance maladie, le système des retraites, les allocations familiales et l’amélioration du droit du travail français, via les comités d’entreprise, la médecine du travail, la réglementation des heures supplémentaires et le statut des travailleurs mineurs. Là, par une ordonnance du 4 octobre 1945, il lança la mise en place et l’organisation administrative de son projet, dont bénéficient soixante-six millions de citoyens français.

Mort prématurément d’un cancer du poumon à l’âge de cinquante ans, en 1951, il eut un enterrement digne de Victor Hugo ou de Jean-Paul Sartre. Or les gouvernements successifs n’eurent seulement pas la décence d’entretenir la très modeste maison qu’il avait acquise en province, et la laissèrent tomber en ruines. Elle est complètement inhabitable, et sa fille n’a pas pu s’y installer.

Mais alors, pourquoi n’a-t-on pas massivement retenu son nom, et pourquoi, même à l’École nationale supérieure de Sécurité sociale, sise à Saint-Étienne, on ne connaît guère que celui de Pierre Laroque ? Parce que Laroque, qui n’était pas à l’origine de l’initiative, était un haut fonctionnaire qui fut chargé de rédiger les textes réglementaires organisant tout cela. Et lorsque Croizat a conçu ses lois en mai et juin 1946 et mis en place les 138 caisses permettant leur fonctionnement – malgré l’opposition violente de la droite, des assurances privées, des médecins, des patrons, des notables mutualistes et de la CFTC –, De Gaulle avait déjà démissionné depuis plusieurs mois : il n’a donc été pour rien dans la création de la Sécurité sociale !

Un livre de Michel Etiévent, Ambroise Croizat ou l’invention sociale, remet, comme on dit, les pendules à l’heure. Ainsi qu’un film de Gilles Perret, La sociale, sorti le 9 novembre, et très mal distribué (deux salles à Paris, aucune ailleurs). Mais cette discrétion doit être un pur hasard...

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

C
Pourquoi mon texte n'est pas retenu ?
Répondre
Y
Sans doute parce qu’il était interminable et soporifique. Il faut savoir, si on veut intéresser les gens, qu’on doit éviter d’étaler sous leurs yeux le contenu intégral d’un article de Wikipédia, ce que tout le monde peut faire. Inutile de jouer les professeurs, sachons être un peu original et avoir un point de vue personnel.
T
Non c'est le général de Gaulle qui signe le décret d'ordonnance de la sécurité sociale, ce n'est pas le fait uniquement du parti communiste, Croizat est ministre du travail pas de l'économie que je sache !
Répondre
Y
Vous êtes mal renseigné, et me rapportez la légende. Je maintiens tout ce que j’ai écrit. La Sécurité sociale ne dépendait pas du ministère de l’économie.
L
Je n'arrive pas à trouver sur le Net quel était le taux remboursé par la Sécurité Sociale à ses débuts. 100% ? 70 % ? 65 % ?
Répondre
Y
L’ordonnance du 4 octobre 1945 (visible ici : http://www.securite-sociale.fr/IMG/pdf/ordonnance_4_octobre_1945.pdf) ne le précise nulle part. Il faut dire que ce taux a beaucoup varié selon les époques, les circonstances et la situation sociale des assujettis.
B
Merci pour vos précisions. Le film est aussi passé, en silence, à Hyères les palmiers, en ciné débat.
Répondre
U
Je viens d'effectuer une recherche relative. Le Génaral de Gaulle était au pouvoir lorsque l'ordonnance sur la Sécurité Sociale fut prise : https://blogs.mediapart.fr/amelie-meffre/blog/270913/1945-la-creation-de-la-securite-sociale
Répondre
Y
Les ordonnances créant la Sécurité sociale ont été prises les 4 et 19 octobre 1945. L’initiateur de ces ordonnances était bel et bien un communiste. Je ne vois rien de plus à en dire, sinon que De Gaulle, de notoriété publique, haïssait les communistes. Il en était obsédé au point d’avoir écrit, dans ses “Mémoires” de guerre, que “Le Canard enchaîné” était affilié au Parti Communiste. “Le Canard” a vivement protesté, et Mongénéral a été obligé de rectifier son erreur dans l’édition suivante de son livre.
Y
Avoir été au pouvoir quand l’ordonnance a été prise n´implique pas qu’il en a été l’auteur !
Y
Faute de frappe. Cela m’arrive souvent. Je corrige. Vous remarquerez que cela ne change rien au sujet de mon article : la création de la Sécurité sociale par un autre que De Gaulle.
S
A Yves-André Samère. Il faudrait réviser votre histoire... Le Général de Gaulle avait démissionné du pouvoir en Janvier 1946 (et non en 1945). https://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernement_provisoire_de_la_R%C3%A9publique_fran%C3%A7aise
U
Soit, néanmoins, certains raccourcis sont excessifs. Prétendre que certains à droite n'étaient pas favorables à la protection sociale est faux. L'histoire le prouve et je vous renvoie à Albert de Mun.
Répondre
Y
Où diable ai-je écrit que “certains à droite n'étaient pas favorables à la protection sociale” ? Si on prétend me citer, il faut le faire avec exactitude. Je n’ai pas non plus parlé d’Albert de Mun comme d’un adversaire de la protection sociale.
Q
Merci monsieur de m'apprendre cela, je n'hésiterai pas à le citer dans ma copie de Bac, amicalement , un étudiant qui s'interesse au vrai sens de l'Histoire.
Répondre
Y
Je suis content d’être utile à quelque chose. Bonne chance pour le bac !