Isabelle Huppert, imposteur

Publié le par Yves-André Samère

En un temps où chacun s’échine à féminiser des noms qui n’en ont aucun besoin (auteure, procureure, et autres « brimborions inutiles »), je n’ai trouvé aucun féminin à imposteur. Je vais donc me contenter d’écrire qu’Isabelle Huppert est UN imposteur. Étonnement de votre part. J’explique.

Hier, cette actrice a reçu un prix de la meilleure interprète féminine pour un film d’ailleurs raté et assez puant, Elle, de Paul Verhoeven, cinéaste néerlandais, film également récompensé aux Golden Globes comme le meilleur film en langue étrangère – comprenez, pas en anglais. Verhoeven, qui a débuté dans son pays et y a fait un film plutôt bon, Le quatrième homme, assez provocateur, a fait pas mal de films aux États-Unis, avant de venir en faire un en France avec Laurent Laffitte et, justement, Isabelle Huppert. Film dans lequel elle ne fait rien, mais incarne une femme qui, ayant été violée, y a pris goût et ne demande qu’à remettre le couvert. Ce film, qui a eu des critiques assez mitigées, a surtout reçu les suffrages de toutes les féministes, qui brûlent désormais de l’envie de l’émasculer. Paul, pas le film.

Donc, deux récompenses pour un navet.

Or, hier, Isabelle Huppert était présente à Los Angeles lors de la remise est trophées, et elle a laissé très bruyamment éclater son enthousiasme par une rafale de Thank you!, alors que, il n’y a pas si longtemps sur France Inter, elle reconnaissait modestement que les récompenses, elle y était vachement habituée et que ça ne la faisait plus grimper aux rideaux.

Par conséquent, cette réaction fut sa meilleure interprétation !

Mais il n’est pas interdit de se poser une question : « mademoiselle » Huppert – puisque c’est ainsi qu’on DOIT appeler les actrices, même octogénaires – habite Paris, comme vous et moi. Par conséquent, j’estime merveilleux le hasard qui a fait qu’elle se trouvait justement sur place au moment où elle devait recevoir son hochet. Prémonition ? Transmission de pensée ?

C’est à cela qu’on mesure combien les acteurs sont des gens spontanés, et pas du tout des truqueurs.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 09/01/2017 15:53

Je ne sais plus quel journaliste sur Inter (je crois que c'est lors du 13 heures) a justement été assez ironique quant à la réaction "un peu bruyante" de Mademoiselle Huppert. Quant à Nagui, il a tout simplement passé un extrait de l'interview de Huppert d'il y a 15 jours dans son émission. Tout était dit !
Je me refuse, quant à moi, à écrire "auteure" ou autre féminisation. C'est simple, je n'y arrive pas, mon clavier se bloque. Alors "imposteuse"...(le correcteur me suggère "imposeuse" (?) et "composteuse").

Yves-André Samère 09/01/2017 16:56

Il y avait de quoi être ironique, et même davantage. Le comportement de la “demoiselle” était caricatural. J’ai d’ailleurs entendu Nagui, et il a bien fait. On prend trop au sérieux ce que disent les acteurs, comme s’ils étaient la Pythie de Delphes.