Macron, l’homme qui parlait trop

Publié le par Yves-André Samère

Est-ce que parce que, il y a quelques jours, un imbécile a insinué qu’il avait peut-être un attachement homosexuel (on se demande comment ce serait possible, avec une femme légitime qui ne le quitte pas d’une semelle) que Macron a donné un coup de barre à droite et affirmé que les adversaires du mariage homosexuel avaient été « humiliés » ?

En fait d’humiliations, tout s’était réduit à quelques quolibets envoyés en direction de Christine Boutin et de son évanouissement bidon sur la voie publique, et à la garde à vue – sans aucun fondement légal – d’un père de famille, sous le prétexte qu’au cours d’une manifestation, il portait un T-shirt illustré par le symbole des partisans un peu mabouls de la famille « menacée » par les gays. Toujours est-il que j’approuve la réaction de Christiane Taubira, qu’en général je ne porte pas dans mon cœur pour avoir fait éliminer Jospin de l’élection présidentielle en 2002, et qui a réglé le compte de Macron en une tirade bien sentie, que nous nous avons entendue ce matin sur France Inter. Il n’est pas inutile de rappeler que c’est elle qui n’a cessé d’être humiliée et grossièrement insultée par la droite familialiste et catholique qui la comparait à une guenon et lui conseillait aimablement de retourner dans son arbre !

Mais Macron, qu’on croyait plus intelligent, accumule les bévues. Par exemple, en allant fustiger en Algérie la colonisation – « crime contre l’Humanité », a-t-il affirmé, histoire de caresser dans le sens du poil les Algériens qui le recevaient, alors qu’eux-mêmes ont eu le massacre facile avant et après leur indépendance. Si vous êtes sceptiques ou ignorants des faits, interrogez quelques descendants des harkis, abandonnés au couteau des égorgeurs par De Gaulle après le 19 mars 1962, via l’interdiction qui a été faite à l’armée française de les protéger, au rebours de toutes les promesses qu’on lui avait imposée de leur faire quand on avait eu besoin de ces malheureux ! Ou lisez ce récit horrifique du massacre de la famille Mello, en 1955.

Finalement, si Macron gagne l’élection, il ne le devra qu’à l’appui de François Bayrou, qui, n’ayant plus rien à perdre ou à gagner, lui a offert son alliance. Mais on aurait peut-être préféré une permutation entre les deux hommes ! Bayrou, lui, a les pieds sur terre et réfléchit avant de parler.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Berche 24/02/2017 20:20

Il ne s'agit pas d'actes isolés d'officiers,sous officiers,hommes de troupe courageux rebelles aux décisions . Je vous parle en tant qu'acteur d'un plan de sauvetage et de sauvegarde exécuté conformément aux ordres de l'Etat-Major du Constantinois. Ces mêmes plans ont eu lieu dans l'Algérois et autres lieux. Nous étions détachés par nos régiments respectifs avec ordre de mission, j'étais au 1er Spahi, mes copains venaient de toutes les unités combattantes. Un de nos sous-lieutenant a même terminé sa carrière comme sous directeur dans un éminent service de renseignement.

Yves-André Samère 24/02/2017 20:30

Je n’ai pas prétendu le contraire. Il y a eu des actions concertées de désobéissance, d’autant plus risquées que les audacieux risquaient leur carrière. Il est évident que beaucoup de ces actes de rébellion ont été couverts par des supérieurs courageux. Tout le monde ne s’est pas déshonoré, dans l’armée. Ceux qui se sont déshonorés sont les politiques, à commencer par le plus haut placé, tenu aujourd’hui pour l’Homme providentiel auquel on ne pouvait pas dire non.

Berche 24/02/2017 17:34

L'armée française a rapatrié les Harkis,Sas,Djich, et Mokhaznis et tous les membres de leurs familles qui se sont présentés au camp de réfugiés de TELERGMA ou j'étais affecté dès Août 1962 avec d'autres appelés , et un encadrement composé d'officiers et de sous-officiers. Ils ont été protégés de l'ALN qui rôdait autour du camp, nourris, soignés et rapatriés à la fin de cette année 1962, le navire de transport de troupe "Ville d'Alger" a fait deux rotations soit 3500 personnes voire 4000 jusqu'à Marseille.

Yves-André Samère 24/02/2017 19:17

J’ai mentionné plusieurs fois que certains officiers français ont eu le courage et la dignité de désobéir aux ordres infâmes de De Gaulle. Je ne suis donc pas surpris.

maxwell 23/02/2017 15:31

A ce propos, je me suis souvent demandé si, pour respecter l'ordre chronologique, il ne serait pas légitime de demander en préalable aux arabes de faire acte de repentance pour avoir envahi (entre autres) l'Afrique du nord, colonisé, asservi et islamisé de force ses populations autochtones. Soyons mesuré : ne parlons pas tout de suite de crime contre l'humanité, et d'obligation de restituer les terres.