Passer entre les mailles

Publié le par Yves-André Samère

Comme les journaux et radio-télés sont trop occupés à martyriser ce pauvre Fillon et l’innocente Penelope, on ne les a guère vus ou entendus reprendre une certaine information expliquant pourquoi le Taré xénophobe de Manhattan avait lancé une fatwa sur sept pays musulmans, afin d’interdire à leurs ressortissants de se rendre aux États-Unis. Apparemment, seul Sorj Chalandon, il y a cinq jours, a publié un billet dans la page 8 du « Canard enchaîné », révélant le pot-aux-roses. Cet article, je le reproduis ICI.

Vous y remarquerez qu’aucun des sept pays bannis n’a compté de terroriste ayant causé un quelconque attentat aux États-Unis. Mais qu’en revanche, d’autres pays exportateurs de tueurs, pas mentionnés sur ce document, sont passés entre les mailles, Afghanistan, Pakistan et Russie (et ses anciens satellites). Bizarre ? Non ! Les pays restés « amis » sont ceux où le milliardaire possède des sociétés et y fait des affaires. Ce qui procure bien des excuses à leurs ressortissants, naturellement.

Toutes proportions gardées, la motivation présidentielle est la même que chez nous : le fric d’abord, la morale ensuite.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 09/02/2017 10:45

Oui, ce silence m'a étonnée aussi, car la ficelle du Taré est quand même grosse. Qui n'en rate pas une, et qui confond allègrement vie privée et fonction présidentielle. Les produits de luxe de sa fille ont été bannis d'une grande chaîne de supermarchés : il s'est empressé de brailler à l'injustice ou je ne sais quoi, oubliant qu'il est président. On atteint des sommets.

Yves-André Samère 09/02/2017 17:56

Il a aussi oublié qu’il était président quand il a parlé d’un « soi-disant juge ». Nous sommes entrés dans une ère curieuse.