Virer Fillon, ça urge !

Publié le par Yves-André Samère

Il paraît que Fillon compte désormais dans son camp quelques frondeurs, qui aimeraient bien le voir débarrasser le plancher. Pas tellement par souci moral, mais parce que son obstination à se maintenir dans la course à la présidence compromet en fait leur réélection aux prochaines législatives. Ceux qui, pour l’instant, lui restent fidèles, objectent que ces contestataires, au fond, ne sont pas si nombreux que cela, une quinzaine, dit-on. Mais rien ne garantit que l’épidémie ne va pas s’étendre comme la grippe.

Tout cela masque une évidence : ce qui est reproché à Fillon, ce sont des FAITS, que nul n’a été capable de contester, et auxquels il n’a opposé que des insultes (boules puantes, officines, acharnement médiatique et judiciaire, complot, etc.). Mais rien n’effacera cette évidence que le candidat blanc comme neige a tapé dans la caisse, utilisant de l’argent public afin de fournir à sa femme et à leurs enfants un salaire pour un travail qu’ils n’avaient jamais fait. Seriner à longueur de journée que « Tout ça est légal », cela ne supprime pas l’immoralité de la chose, qui, dans n’importe quel autre pays, se serait traduit par un renvoi immédiat du coupable. Et même en France, à une autre époque : Jacques Chaban-Delmas a perdu son poste de Premier ministre pour n’avoir pas payé ses impôts entre 1966 et 1969, alors qu’il n’avait fait qu’appliquer le règlement (instauré par Giscard, ministre des Finances) sur l’avoir fiscal, qui n’était PAS une magouille, mais un simple correctif évitant de payer deux fois le même impôt.

Garder Fillon dans la course, chers droitistes, cela revient à renforcer les fachos du camp d’en face, qui en trépignent de contentement, alors que, bande de nazes, vous avez un recours : puisque Juppé se dégonfle définitivement, vous avez un remplaçant idéal en la personne de François Bayrou, qui meurt d’envie de se présenter, et qui, LUI, ne traîne aucune casserole, car il a cette particularité d’être honnête et compétent. Une rareté ! Profitez-en, avant d’être forcés de vous mordre les doigts.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

cacciarella 17/02/2017 17:07

Bayrou , pas net avec La Communauté des Béatitudes Un truc genre sectr bizarre .

Yves-André Samère 18/02/2017 00:18

Je ne connaissais pas. Une vie de prière, ça fait envie. Moi qui ai du temps à perdre...

kotec 15/02/2017 10:11

Bayrou ? Impossible , il est beaucoup trop cultivé et écrit sans fotes d'orthographes .

Yves-André Samère 15/02/2017 11:50

Eh oui. Une bonne raison de le détester, chez les médiocres.

Flo 14/02/2017 22:37

Je ne voudrais pas être pessimiste, mais si POUR L'INSTANT Bayrou n'a aucune casserole, il n'est pas dit qu'en s'intéressant de près à ce potentiel candidat, on n'en trouve pas... On espère toujours le contraire... Rien n'est moins sûr. S'il semble le moins pourri à droite, prudence est mère de sûreté...

Yves-André Samère 14/02/2017 23:33

Pure spéculation. Attendu que Bayrou est entré en politique en 1982, s’il avait eu une casserole accrochée aux basques (et pas aux Basques), la presse, qui s’est toujours intéressée à lui (après tout, il s’est présenté TROIS FOIS à l’élection présidentielle), elle l’aurait débusquée depuis pas mal de temps. Et si on réclame la présomption d’innocence pour les coupables évidents comme ce policier violeur, on pourrait peut-être l’accorder à quelqu’un qui n’a jamais encouru le moindre reproche.

cacciarella 14/02/2017 16:47

Bayrou, mauvaise pioche, pour la droite c'est le traite ; ila voté Hollande . Ils ne voteront pas pour lui; tout ce que çà peut faire c'est diminuer le score de Macron qui, ddans l'état est le seul a pouvoir battre la Lepen au 2ème tour

Yves-André Samère 14/02/2017 18:01

Je sais bien. Mais enfin, Macron, pour tout le monde, c’est le tout dernier recours. L’amputation pour éviter une gangrène.

cacciarella 14/02/2017 16:41

Le jour où ils auront compris que ce qui est insupportable pour la majorité des gens ce n'est pas qu'ils aient éventuellement fraudés mais c'est que ses façons de faire soient normales ,courantes, LEGALES comme ils disent et serinent à l'envi .

Yves-André Samère 14/02/2017 17:59

C’est le thème des quatre livres de Philippe Pascot, ancien adjoint de Valls à la mairie d’Évry – ils sont en froid –, très connaisseur des mœurs des élus (et père de Panayotis). Il ne procède pas comme à la radio ou à la télé, dénoncer des turpitudes puis ajouter « On ne va pas donner des noms ». Lui, les noms, il les donne, et par centaines. Et comme il ne dit que des vérités, jamais on n’a pu le traîner en justice pour diffamation.