Sur France 3, « Rappelle-toi »

Publié le par Yves-André Samère

Si France 2 a complètement raté sa soirée du mardi 21 avec un Capitaine Marleau qui rassemblait tous les défauts possibles, la rédemption est venue deux jours plus tard avec un autre téléfilm de Xavier Durringer, Rappelle-toi, où Line Renaud donnait toute sa mesure de grande actrice, très éloignée dans ce personnage de ses habituels rôles d’ouragan brisant tout sur son passage (elle n’a guère joué les faibles femmes que dans Chaos, de Coline Serreau, en 2001). Elle joue ici Mado, une femme de 89 ans qui, le jour où elle enterre son mari, décide de partir pour Brest afin d’y retrouver un homme dont elle ne dit rien à son entourage. Durant toute la première moitié du film, on imagine qu’il s’agissait d’un homme qu’elle avait aimé, néanmoins, quand la rencontre a enfin lieu et qu’on voit les regards qu’elle lui jette, on comprend qu’elle est venue pour le tuer !

Et, en effet, cet homme, Michel Kardec, avait été le chef de la police collabo à l’époque de l’Occupation, et avait envoyé au peloton d’exécution un groupe d’une vingtaine de jeunes résistants, dont le frère de Mado. Et cet homme, elle l’abat de deux balles de pistolet. Une vengeance ruminée durant sept décennies. Puis, loin de fuir, elle se laisse arrêter par la police et passe en jugement, où, en dépit de la sympathie du public, elle est condamnée à cinq ans de prison dont deux avec sursis. On connaît la célèbre humanité des cours d’assises en France.

L’épilogie nous apprend néanmoins qu’elle a été graciée.

La scène qui domine le film est celle où le président du tribunal lui demande si elle quelque chose à ajouter avant que le jury se retire pour délibérer. Elle répond que oui, et entonne d’une voix cassée Le chant des partisans, avec le public qui, peu à peu, se met à chanter avec elle, dont la voix ne peut plus suivre.

Le personnage est d’une absolue dignité et semble avoir fait le sacrifice du reste de son existence. Le réalisateur est aussi l’auteur du scénario, et tout est d’une hauteur très rare à la télévision.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :