Haro sur le cannabis !

Publié le par Yves-André Samère

Je suis en train de terminer la lecture du dernier livre de Michel Cymès, Votre cerveau. Cymès est médecin à la télé, un médecin sérieux malgré son goût pour les blagues salaces, et il donne des consultations en ORL à l’Hôpital Pompidou, mais, apparemment, il n’a aucun cabinet médical personnel.

Livre très inégal, je le dis tout de suite, car il y fait un éloge très exagéré du yoga (je m’imagine mal me soumettant aux tortures physiques qu’impose cette pratique, et encore moins d’accepter l’admiration inconditionnelle qu’elle suppose envers divers gourous extrême-orientaux, que jamais je ne prendrai au sérieux). Quant aux moyens mnémotechniques qu’il détaille dans son chapitre sur les méthodes permettant d’améliorer sa mémoire, je dois avouer que ces trucs, notamment celui consistant à imaginer des scènes ou des images pour associer deux termes, je les ai appris quand j’avais dix ou onze ans, dans... « Le journal de Mickey » ! Oui, j’ai toujours eu de bonnes lectures.

Néanmoins, tout n’est pas négatif, car il plaide vigoureusement contre la légalisation du cannabis, et je partage entièrement ce point de vue. Je n’ai jamais tenté de goûter à la drogue, bien que, par deux fois, deux anciens amis ont tenté, en vain, de me convertir à cette religion qui tient de la secte. La première fois, à Casablanca ; la seconde fois, à Paris. Je sais bien que cette drogue a été légalisée dans certains pays, mais pour des raisons économiques (couper l’herbe, c’est le cas de le dire, sous les pieds des trafiquants, et permettre à l’État de contrôler un peu ce trafic), jamais pour des raisons de santé, sinon ce serait de la folie, doublée d’une sacrée démagogie.

Si vous hésitez à vous procurer ce livre, peu importe, car je compte détailler un peu tout cela dans une prochaine notule. Mais sachez qu’un de mes amis, sous l’empire du cannabis, a fait une chute dangereuse, qu’il est actuellement dans le coma, et que les médecins désespèrent de le ramener à la conscience. Il a une trentaine d’années, et sa vie est fichue.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

kotec 16/04/2017 21:54

Le cannabis, ou du moins son principe actif, est utilisé avec succès pour atténuer les effets secondaires de certaines chimio-thérapies, de la sclérose en plaque et du sida. On est bien loin de l'herbe qui fait rire dans ces cas.

Yves-André Samère 17/04/2017 08:43

Ce ne sont que des exceptions pour traiter des maladies, et elles n’ont lieu que sur prescription médicale. Je ne visais que le cannabis « distrayant » (d‘autres disent « festif »).