Pister un voleur de téléphone

Publié le par Yves-André Samère

Selon moi, le vol est une activité sociale trop sous-estimée. Certes, je ne plaide pas pour mon saint, car, comme a dit Brassens, « Y a déjà quelque temps que je ne vole plus ». Mais enfin, il peut donner lieu à des expériences intéressantes, et je vous rappelle qu’il a captivé des écrivains de qualité, comme Maurice Leblanc, qui s’est inspiré d’un personnage réel pour raconter les aventures d’Arsène Lupin, un gentleman-cambrioleur, ou Marcel Allain, qui a créé le personnage bien oublié de Tigris.

Or, même à notre époque, l’idée du vol peut inspirer des cinéastes ingénieux. Témoin ce jeune étudiant néerlandais en cinéma, Anthony van der Meer, également doué en informatique, et qui avait téléchargé un logiciel baptisé Cerberus, permettant de localiser un smartphone et de filmer à distance un voleur éventuel de ce genre de bidule.

Anthony possédait donc un téléphone de marche HTC, plutôt réputée, susceptible de tenter un Fillon néerlandais, et il brûlait de voir Cerberus à l’œuvre. Restait un obstacle : se faire voler son HTC ! Mais rien n’est plus facile, surtout lorsqu’on visite une grande ville comme Amsterdam, où, selon la police, dix-sept téléphones sont volés chaque jour. Et cela a fonctionné, à force de laisser sans surveillance son précieux smartphone, on le lui a piqué dans le métro.

Eh bien, Cerberus a fonctionné à merveille, et Anthony a pu le suivre à la trace, consulter ses SMS, visionner ses contacts téléphoniques, et même... découvert qu’il passait un bon moment sur des sites pornos ! Grâce au micro incorporé à l’appareil, il a pu l’écouter, prendre des photos des lieux où le voleur se trouvait, et, cerise sur le gâteau, obtenir une photo du voleur en personne. Et, avec ce butin original, il a fait un film, un court métrage de 21 minutes et 30 secondes, Find my phone, qu’il a mis sur YouTube le 13 décembre dernier.

On peut lui poser des questions à son adresse personnelle : contact@anthonyvdmeer.nl. Ne vous privez pas !

 

NB : hélas, Cerberus est payant.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

kotec 20/04/2017 22:19

Mon précieux, mon précieux ! Méchant hobbit, il m'a volé mon précieux .........

Yves-André Samère 20/04/2017 22:54

Je n’ai pas lu le livre, donc je ne comprends pas la référence. Mais j’aurais compris avec « ma cassette ».

Cortas 19/04/2017 13:55

En effet, quelques films autrefois sur VHS, ne sont pas disponibles en CD. C'est le cas pour quelques films que j'ai acheté lors d'une vente aux enchères à Paris, notamment du matériel et plusieurs cartons de VHS. Parmi ces cassettes, 3 n'existent pas sur internet, des films, pas très intéressant mais qui n'ont rien à envier aux films à gros budget ...
L'informatique n'étant pas spécialement mon domaine, je ne peux rien pirater ...
Je préfère aux ordinateurs les caméras de surveillance.

Yves-André Samère 19/04/2017 13:59

Désolé, je n’ai aucune cassette provenant d’une caméra de surveillance. Et l’informatique, je baigne dedans. Je ne sais plus combien je possède d’ordinateurs.

Cortas 18/04/2017 22:25

Très bonne expérience !
Le vol n'est sans doute pas la meilleure activité à laquelle il nous est possible de nous adonner.
Mais elle est relativement intéressante en ce qui concerne les rapports sociaux ... Notre ami qui bien que néerlandais, à eu une idée tout simplement excellente, je serais curieux de savoir en quelles mains, mon tendre et bien-aimé téléphone tomberait ...

En ce qui concerne une activité très lucrative (tout dépend pour qui), je tiens à vous remercier pour l'article que vous avez fait que je nommerai : comment protester contre notre système capitaliste à petite échelle.. (vol à la Fnac ...)
Car cette idée m'a permis de me confectionner une bibliothèque cinématographique conséquente et nullement onéreuse, sur le dos de notre cher fe Édouard Leclerc.

Je n'encourage personne, mais quand il est question de culture ...

Yves-André Samère 18/04/2017 22:45

En ce qui me concerne, ma bibliothèque cinématographique n’est pas moins impressionnante, mais elle doit tout au piratage. Il ne m’est jamais arrivé de chercher un film et de ne pas le trouver, sauf une fois. Un ami m’avait demandé de lui dénicher un film des années cinquante avec Raymond Bussières, et j’ai échoué. Le film n’existe pas sur Internet !