Qui votera en premier ?

Publié le par Yves-André Samère

Le site slate.fr nous informe que, des onze candidats à l’élection présidentielle, Nathalie Arthaud et Nicolas Dupont-Aignan ont été les premiers à voter, dans leur commune, à 9  heures 10.

En bien, sur ce terrain au moins, je les ai battus, car j’ai voté à 8 heures et demie. Il est vrai que mon bureau de vote est tout proche, à la médiathèque, sous la Canopée du Forum des Halles, où je passe presque quotidiennement. Il a beaucoup bougé, ce bureau de vote. À l’origine, il s’installait dans une école de la rue des Bourdonnais. Puis il a déménagé pour la Bourse du Commerce, ce bâtiment circulaire que la Mairie vient de refiler à l’un des deux milliardaires (qui se haïssent) pour qu’il en fasse un musée, et dans lequel on a tourné un western (si-si !). Et, à présent, il se trouve au premier étage de La Place, un endroit branché où l’on pratique aussi le hip-hop, cette activité sans quoi la jeune génération, qui ne compte que des rappeurs, ne saurait vivre. Mais enfin, on y trouve aussi une bibliothèque, qui compensera la suppression, l’année dernière, de la bibliothèque municipale du premier arrondissement.

Quoi ? Vous voulez savoir pour qui j’ai voté ? Mais je vous l’ai expliqué en long, en large et en travers depuis des semaines : pour quelqu’un que je n’aime pas du tout, histoire de mettre des bâtons dans les roues des deux que je hais cordialement, Fillon et Marine Le Pen. Ce qui me ramène en 2002. L’Histoire se répète. Ah, la nostalgie...

Au fait, ça n’a rien à voir, mais j’aime bien rappeler ce détail : en 1969, De Gaulle s’était carapaté en Irlande pendant la période de l’élection de son successeur, car il ne voulait pas voter pour Pompidou – auquel il en voulait d’avoir gagné les élections législatives l’année précédente, alors que lui, le 29 mai 1968, était allé à Baden-Baden implorer l’aide, en cas de troubles à Paris, du général Massu qu’il avait pourtant limogé en 1960  – ou pour un quelconque autre candidat. On reconnaît bien là l’élégance de Mongénéral, qui n’aimait pas les comparaisons défavorables à sa réputation !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :