« Saint » et proxénète

Publié le par Yves-André Samère

Des cinq bureaux de poste de mon arrondissement parisien, le 1er, il n’en reste que deux, celui de la rue des Capucines, et celui de Paris-Châtelet, rue des Lavandières Sainte-Opportune. Les trois autres ont été, soient fermés définitivement – celui du Forum des Halles et celui de la rue Saint-Denis –, soit fermé depuis des mois pour travaux, la Grande Poste de la rue du Louvre.

La rue Saint-Denis, j’y passe presque chaque jour, parce que c’est sur mon chemin, et elle possède ce que les amateurs de clichés débiles appellent « une réputation sulfureuse ». En effet, elle a longtemps été un haut lieu de prostitution, même si, depuis quelques années, cette intéressante activité s’est déplacée dans sa partie nord, au-delà de la rue Réaumur. Or le dernier livre de Gonzague Saint-Bris, Déshabillons l’Histoire de France, nous dit QUI a eu la mirifique idée de faire de cette rue le centre de ce petit commerce. Figurez-vous que c’est le roi Louis IX, plus connu sous le sobriquet de « saint Louis » !

Cocasse. Ce prétendu saint, qui a aussi été le précurseur de l’étoile jaune imposée aux Juifs par les nazis, a donc été roi, « saint » et proxénète. On reconnaît bien là le chrétien modèle.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Matheo Feray 19/04/2017 17:37

C'est pour ça que j'aime bien " Un drôle de paroissien " Je vous ai pas dit ? Je me suis reconverti dans le pillage de troncs. Un vrai plaisir.

Yves-André Samère 19/04/2017 23:36

Enfin, le cher Mathéo se convertit à la vraie religion ! Hosanna !

Matheo Feray 19/04/2017 14:21

Décidément, l'Église se perd...

Yves-André Samère 19/04/2017 15:15

Parce qu’elle y gagne beaucoup !