Sophia Aram contre le Front National

Publié le par Yves-André Samère

Ce matin, sur France Inter, Sophia Aram coince Louis Alliot, amant de Marine Le Pen et haut personnage du Front National, avec une belle chronique que vous êtes invités à écouter, suivie d’une riposte aigre d’Alliot, qui ne reconnaît aucune responsabilité des membres de son parti dans les insultes sexistes et xénophobes adressées à l’humoriste.

Je ne commente pas, vous êtes assez grands.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 03/04/2017 21:43

Ouch ! Sa chronique reflète hélas ce que l'on peut lire généralement sous divers articles, notamment du Figaro (mais pas que) : les insultes volent en escadrille, les notions extrêmes, les horreurs que peuvent penser pas mal de crétins. A propos du FN, en ce moment un feuilleton, très décrié par les élites qui savent ce qui est bon et bien, sur France 3, taille des croupières plus que sanglantes à ce parti, en mettant en scène une élue municipale qui tente de récupérer pour sa cause un commerçant qui a tué un jeune braqueur. Tweets accusant le gamin d'être fiché S, faisant l'éloge de l'auto-défense, etc etc. Je trouve que les scénaristes sont assez gonflés de faire ça pendant la campagne électorale, et ça fait du bien.

Yves-André Samère 04/04/2017 08:33

C’est évident. Sade et Gilles de Rais le faisaient tous les jours.

DOMINIQUE 04/04/2017 08:06

Ben voyons. Quand quelqu'un dissimule de la drogue dans son fondement, on fait une perquisition avec une matraque.

Yves-André Samère 03/04/2017 23:01

Et moi, j’ai reçu un commentaire d’un crétin qui affirmait que ce jeune Noir, Théo, n’avait pas été victime d’un viol, mais qu’il dissimulait de la drogue là où vous imaginez. Comme j’ai mis ce commentaire à la poubelle, il a eu le culot de réclamer par deux fois pour que je valide sa prose. Celui-là, on devine comment il va voter.