Un prix « de l’Humour » ?

Publié le par Yves-André Samère

Avant-hier soir, Vincent Dedienne était présent dans l’émission Quotidien, pour y recevoir les compliments de ses acolytes, puisqu’il avait, l’avant-veille, reçu le prix de l’Humour lors de la soirée des Molières (ça fait bizarre, d’écrire Molière au pluriel, non ?).

Or il a eu cette remarque que je trouve très juste : que le prix de l’Humour ne devrait pas exister. Et je suis bien d’accord. Le métier d’humoriste est plus que récent, et on n’a jamais considéré comme des humoristes les grands auteurs de comédies, Molière, justement, mais aussi Marivaux, Beaumarchais, Feydeau, Guitry, Labiche et une foule d’autres. En fait, chez eux, on ne voyait que des auteurs.

Plusieurs fois ici, j’ai dit que jamais les Guignols de Canal Plus n’ont été aussi bons qu’au temps de Bruno Gaccio, lorsque son équipe n’hésitait pas à faire autre chose que de la rigolade, et introduisait dans son programme des histoires tragiques qui vous faisaient frémir.

Quant à moi qui ne me compare pas à ces gloires-là, si je tente parfois de vous faire sourire un peu en utilisant l’ironie, voire le sarcasme, jamais je n’ai visé à vous faire rire aux éclats. Je ne m’appelle pas Hanouna. Et les plaisanteries grasses, je déteste.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Julien 02/06/2017 09:00

Ou un éclair de lucidité sur le fait qu'il n'est ni drôle, ni un auteur ?

Yves-André Samère 02/06/2017 11:39

Il ne parlait pas de lui, mais de l’humour primé, en général.