Une « première dame » de plus ?!

Publié le par Yves-André Samère

Si j’ai bien voté deux fois pour Macron lors de l’élection présidentielle, c’était pour me débarrasser de tous les autres candidats, et je ne compte pas aller plus loin avec les législatives. D’abord, parce qu’aucun des candidats ne me plaît ! Ensuite, parce que les manières impériales de Macron, et son intention très affichée de nous imposer sa femme comme nouvelle reine de France, me déplaisent souverainement (dirais-je si je voulais rester dans la note).

Je n’ai rien de personnel contre Brigitte, mais des « premières dames », on en a soupé. D’Yvonne De Gaulle qui jouait les discrètes mais incitait les ministres à interdire un film d’après Diderot et faisait renvoyer, de l’Élysée, une servante enceinte et célibataire, et de la télé, une malheureuse speakerine dont on avait vu les genoux ; à la femme de Chirac, une harpie qui se mêlait de tout, mais surtout des moyens de faire payer à son mari ses infidélités ; puis à Cecilia Sarkozy qui en était la copie conforme ; puis à Valérie Trierweiler, qui se vengeait sans trop de subtilité, avant de céder la place à une petite actrice qui se ridiculisa, un jour qu’elle débarquait d’un avion revenant du Japon, lorsqu’elle pria deux gendarmes de l’escorter jusqu’à l’Élysée, puisque dit-elle, « Je suis la fiancée du président » (mais les deux pandores, qui avaient une mission plus sérieuse ce jour-là, l’ont envoyée sur les roses), nous en avons plus que marre de ces femmes qui se croient au-dessus du commun des Français, oubliant que nous n’avions pas voté pour elles et que, constitutionnellement, elles NE SONT RIEN. Prenez exemple, bande de péronnelles, sur mesdames Auriol et Coty. Et même sur Claude Pompidou, qui ne s’occupait que de l’ameublement dans l’appartement privé du Palais.

Alors, si Brigitte Macron est un jour couronnée impératrice des Français et fait son Eugénie de Montijo, ce sera sans moi. D’autres l’ont déjà mise sur un piédestal, comme la présidente de France Télévisions, cette sotte qui l’a un jour accueillie en l’embrassant sur la joue, oubliant que la grande maison qu’elle dirige vit avec de l’argent public. Ces manifestations de connivence sont indignes. Lorsque Stéphane Bern, qui tutoie TOUS les membres de la famille de Monaco, se trouve avec eux hors du privé, jamais il ne s’abaisse à montrer qu’il est de leur familiarité, et il garde ses distances. Et, dans le même ordre d’idée, Macron lui-même ferait bien de renoncer à embrasser Angela Markel lorsqu’il la rencontre en public. Ce sont des manières dignes d’un Sarkozy, pas d’un président de la République française.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 12/06/2017 09:38

Quoiqu'elles fassent, on reprochera toujours aux femmes leur influence sur les hommes de pouvoir. Cela remonte aux différentes maîtresses des différents rois, à Marie-Antoinette, etc. Comme si, par le fait de reporter tous les défauts du monsieur sur la dame l'exonérait d'une quelconque responsabilité.
Croyez-vous que De Gaulle, s'il n'avait pas approuvé Tante Yvonne aurait accédé à ses demandes ?
Quant à Claude Pompidou, femme intelligente s'il en est, elle devait bien écouter et conseiller son époux. Le contraire serait plutôt étrange. Simplement, elle avait l'intelligence de ne pas le montrer.
Par contre, pour Sarkozy et Hollande, là on touche le pire de ce qui peut se faire en ce domaine.

Yves-André Samère 12/06/2017 12:53

Je ne crois pas que De Gaulle ait approuvé les demandes de sa femme, et qu’il s’en soit mêlé : il aurait trouvé ça « vulgaire et subalterne », comme il disait. Pour exécuter ses basses œuvres, comme l’interdiction de « La religieuse », elle ne s'adressait qu'aux ministres qui lui faisaient leur cour. Lui ne s’occupait que de politique.

cacciarella 11/06/2017 17:04

Un peu spécieux toutes ces critiques; on ne peut pas dire qu'on envahi par les apparitions de Julie Gayet à la télé . Quant à embrasser Angela Merkel ou non; de toute façon , il lui sera reproché d'avoir fait l'un et pas l'autre !

Yves-André Samère 12/06/2017 08:40

On a peu vu Julie Gayet à la télé, parce que Hollande a été échaudé par ses deux précédentes concubines. Il a compris, mais un peu tard, qu’il ne fallait pas trop donner dans l’exhibitionnisme conjugal.

cacciarella 11/06/2017 10:11

Stéphane Bern ; mauvais exemple , il est complètement dingue de Macron et de Brigitte ! Il était de ceux invités à la soirée d'entre deux tours et, chez Lapix , dans son émission du soir sur france 5 il s'est longuement exprimé sur ces amis Macron et son épouse !

Yves-André Samère 11/06/2017 11:59

Oui, je l’ai entr’aperçu à la Rotonde, et aussi sur la place de la Pyramide du Louvre, toujours accompagné de son amie Line Renaud. On peut donc supposer qu’il était là pour Line Renaud. De toutes façons, il est ami avec tout le monde.

DOMINIQUE 11/06/2017 07:30

La dernière manie, c'est d'embrasser les femmes quand on leur dit bonjour, au lieu de leur serrer la main. Même nos clients s'y mettent, mais je résiste : je tends la main avant qu'ils ne me sautent dessus. Donc ces embrassades sont "normales".
Dans votre liste, notons qu'Hollande, après avoir débarqué Trierweller, n'a pas imposé une quelconque compagne. Sans doute a-t-il été échaudé...

Yves-André Samère 11/06/2017 08:07

Elle s’est imposée toute seule !

Mathéo Feray 10/06/2017 23:52

Que voulez-vous, les femmes...

Yves-André Samère 11/06/2017 08:08

Remarque d’une profondeur insondable !