Lire ou ne pas lire, telle est la question

Publié le par Yves-André Samère

Le goût de la lecture, c’est comme la langue d’Ésope : selon les circonstances, il peut être la meilleure ou la pire des choses. Et comme j’ai su lire à partir de mes cinq ans, j’ai tout connu, puisque je lisais tout ce qui me tombait sous la main.

Je considère donc avoir accompli trois exploits quasiment olympiques, en venant à bout de trois livres différents.

Sur le podium pour la médaille de bronze : Salammbô, de Gustave Flaubert. Dieu, que ce roman est ennnuyeux ! Ce fut le châtiment de ma quinzième année. J’ai essayé avec deux autres livres de Flaubert, Madame Bovary et L’éducation sentimentale, mais non, rien à faire, cela vous tombe des mains.

Médaille d’argent : Chopin, par Franz Liszt. Écrite en français, car tout le monde parlait cette langue au dix-neuvième siècle. Lue à dix-huit ans, parce que cette biographie m’avait été offerte par une de mes tantes, qui ne l’avait probablement pas ouverte. On jurerait que Liszt avait appris à écrire chez Bouygues.

Médaille d’or : La condition humaine, d’André Malraux. Là, on était obligé de lire deux fois chaque phrase avant de commencer à comprendre ce que racontait ce cuistre.

Fort bien, penserez-vous, mais... et La Bible, dans tout ça ? Oh, je l’ai lue, de A jusquà Z, et ça m’a pris trois ans. Mais ce bouquin prétendu sacré n’est pas l’œuvre d’un seul auteur, ils étaient sans doute plusieurs dizaines, les styles et les thèmes varient constamment, et, entre deux chapitres pouvant tenir lieu de somnifère, on décelait quelques pépites dont la lecture avait de quoi vous plier en quatre, tant elles brillaient par la bêtise. Seul avantage, c’est une excellente méthode si vous voulez devenir athée. Donc, lisez la Bible si un jour vous devez faire un (très) long séjour en asile psychiatrique. Dans le cas contraire, évitez !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

J'ai raison. 14/07/2017 20:52

"Madame Bovary" est excellent. "La condition humaine" est aussi très bon, mais ne se laisse lire qu'au bout d'une cinquantaine de pages. J'ai lu ce livre il y a bientôt un an, je vous en avais parlé dans les commentaires d'une notule...
Mon "top" personnel, pour l'instant:
-La Divine Comédie, légendaire mais demande du temps.
-Le Malleus Maleficarum (ou "Marteau des sorcières"): les deux premiers tiers du livre sont composés d'explications théologiques, le dernier est une sorte de Code de procédure pénale, moitié canonique et moitié romain, à la sauce de l'an 1486. Difficile.
-Les Mille et une Nuits, traduction de Mardrus (et ne me dites pas que les traductions récentes sont meilleures).

Yves-André Samère 14/07/2017 23:45

Le pavé de Malraux, je l’ai lu en entier, Mais en garde le souvenir d’un cauchemar. Il est vrai que j’avais quinze ans.

Je ne dirai pas que la traduction de Mardrus est moins bonne que les autres... que je n’ai pas lues. Elle est en tout cas meilleure que la première, celle de Galland, assez ridicule.

DOMINIQUE 11/07/2017 17:25

Ah bon ? J'ai bien aimé, à 16 ans, Madame Bovary. Je ne sais pas, d'ailleurs, si maintenant je serais aussi enthousiaste. Quant à Salammbô, juste des extraits qui m'avaient ennuyée à mourir. Tout ce que je n'aime pas du XIXème siècle. Quant à Malraux, jamais lu et je crois que je m'abstiendrai.
Quant à la Bible, malgré mon éducation dans des institutions catholiques, on ne l'abordait pas. Jamais. Ce devait être réservé aux Protestants !

Yves-André Samère 11/07/2017 18:31

La Bible qu’on vend partout en France, principalement chez les catholiques, a été traduite par Louis Segond, un protestant !