Perlimpimpin

Publié le par Yves-André Samère

Pourquoi les médecins préfèrent traiter leurs malades avec de la poudre de perlimpimpin plutôt que de les envoyer chez un psy ? Parce que, dire à quelqu’un que tout se passe dans sa tête, ça peut le heurter et produire l’effet contraire. Le « médicament » homéopathique, auquel croit le malade, agira sur son psychisme uniquement, mais le malade croira aussi que c’est sur son corps qu’on a agi. C’est l’essentiel.

Reste à savoir si c’est très déontologique, de la part de la Sécurité sociale, de rembourser des faux médicaments. D’autant plus qu’elle le sait, la Sécu, qu’ils sont faux : au contraire des vrais médicaments qui ont besoin, pour être vendus, d’une AMM (autorisation de mise sur le marché) délivrée par le ministère de la Santé, les produits de la firme Boiron, qui a le quasi-monopole, sont vendus sans cette autorisation. Ça veut tout dire : ils n’en ont pas besoin.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Bob 07 02/07/2017 21:33

Fréquemment, les adeptes des médecines "douces", alternatives dénoncent l'affairisme des laboratoires pharmaceutiques, leur puissant lobbying, la naïveté des médecins, voire leur manque de fermeté vis-à-vis de démarches frisant la corruption... Laissons les dire ! Si mon compte en banque était le quart du dixième de celui de la famille Boiron (bien vue par lesdits adeptes), mes fins de mois, ma fin de vie ne me soucieraient guère !

Yves-André Samère 03/07/2017 08:12

Les Boiron savent très bien, et la plupart des médecins aussi, que leur activité est à la base une escroquerie : la théorie d'Hahnemann est une bouffonnerie, et on n’a aucun mal à démontrer mathématiquement que leurs prétendus remèdes ne contiennent rien. Mais le grand responsable, c’est le ministère de la Santé, qui tolère de tels abus et dilapide les deniers publics. Voilà une belle source d’économies !