À quand une « première dame » en Italie ?

Publié le par Yves-André Samère

Ce matin, un auditeur de France Inter a eu le bon sens de poser à Castaner, qui fait sous-ministre d’on ne sait trop quoi, une question sur le projet de Macron : donner un statut officiel à sa femme. Cet auditeur rappelait très justement que cette femme n’a jamais été élue par nous, elle n’a donc rien à faire à la tête de l’État. Qu’elle se contente de ce titre pour la presse du cœur, cela devrait lui suffire.

Mais Castaner a répondu à côté, comme tout (bon) ministre, et a prétendu, en gros, qu’il fallait mettre de l’ordre chez les Grands de ce monde. Par conséquent, la chère Brigitte va recevoir, et à nos frais, des locaux et du personnel, pour y faire ce que les précédentes épouses de présidents ne faisaient jamais à titre officiel : répondre au courrier des geignards qui s’adressent à elle plutôt qu’au chef de l’État – qu’on pensait avoir été élu pour ça. Notez qu’elle a déjà commencé brillamment en acceptant d’être la « marraine » d’un panda chinois...

Je rappelle ceci : il y a trois ou quatre ans, Anne Sinclair avait été reçue par Yann Barthès, dans le Petit Journal. Si son mari n’avait pas joué les galants dans un hôtel de New York, Anne aurait pu devenir l’épouse d’un président de la République. Or elle avait dit à Barthès, qui l’interrogeait là-dessus, que le titre et la fonction de « première dame » n’existaient pas, ni en France ni même aux États-Unis (et elle savait de quoi elle parlait), que ce n’était qu’une invention des journalistes et une lubie des présidents, et elle rappelait que jamais les électeurs n’ont voté « pour la femme, la sœur ou le chien » du gagnant des élections.

En somme, Macron méprise autant les Français que le fait la SNCF, lorsqu’un train tombe en panne et qu’on laisse mariner les voyageurs dans leur jus, durant des heures voire une nuit entière, sans leur donner la moindre explication. C’est la version française de la démocratie.

Au fait, dites, vous connaissez le nom de la « première dame » de la Suisse, de la Slovaquie, de la République Tchèque ou de l’Italie ?

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :