La gastronomie en images

Publié le par Yves-André Samère

Si vous aimez la peinture et désirez faire partager votre goût par les foules, vous pouvez réaliser un film, et cela passera très bien, car un film peut montrer la beauté de cet art. Si c’est la musique qui vous branche, même remarque, un film est tout à fait apte à faire entendre de la musique (sauf aux sourds). Et si vous préférez la poésie, la bande sonore d’un film la diffusera sans difficulté.

En revanche, jamais vous ne parviendrez à faire partager votre goût pour la gastronomie par l’intermédiaire du cinéma ou de la télévision : les images que vous fabriquerez ne communiqueront pas le goût des plats que vous montrerez – donc en vain. Vos spectateurs verront de belles images, mais ne recevront jamais la saveur des plats que vous filmez.

C’est pourquoi je suis très sceptique sur toutes les émissions de télévision que passent les chaînes qui visent à plaire au peuple et tentent de le faire saliver.

Et je crois bien qu’un film comme La grande bouffe, qui avait été écrit par Francis Blanche, n’a jamais mis qui que ce soit en appétit. En fait, ce film a dégoûté pas mal de gens. Il faut dire qu’il ne cherchait pas à plaire, il voulait plutôt fustiger la bourgeoisie et son obsession des repas plantureux. En ce sens, Marco Ferreri, son réalisateur, a réussi son coup ! Et ses cinq acteurs (Mastroianni, Piccoli, Noiret, Tognazzi et Andréa Ferréol), se sont fait insulter par certains critiques, dont celui du « Canard »...

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 03/08/2017 17:52

Comme la gastronomie est reliée non seulement au goût (sucré, salé, amer et acide), mais aussi à l'odorat, et qu'un film ne peut pas transmettre les odeurs...

Yves-André Samère 03/08/2017 23:00

Argument supplémentaire.

Quoique... J’ai vu un jour un film en Odorama. Le truc n’a pas eu grand succès ! Mais on avait bien ri, car toutes les odeurs étaient nauséabondes.