Aller-retour pour Mirabeau

Publié le par Yves-André Samère

Saviez-vous que le tout premier occupant du Panthéon en a été éjecté au bout de trois ans ? Il s’agissait de Mirabeau, dont le nom complet était Honoré Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau. J’ai d’ailleurs connu un de ses descendants, mais peu importe.

Bien que noble, il a été élu député du Tiers État pour Aix-en-Provence et Marseille, en avril 1789, donc avant la prise de la Bastille, et il est très connu pour sa réponse au marquis de Dreux-Brézé, le 23 juin de la même année, qu’on nous a apprise à l’école dans une version fausse et tronquée. Non, il n’a pas dit « Nous sommes ici par la volonté du peuple, et nous n’en sortirons que par la force des baïonnettes ». La citation entière est celle-ci : « Oui, Monsieur, nous avons entendu les intentions qu’on a suggérées au roi [de dissoudre l’Assemblée constituante où cela se passait] ; et vous qui ne sauriez être son organe auprès des états généraux, vous qui n’avez ici ni place, ni voix, ni droit de parler, vous n’êtes pas fait pour nous rappeler son discours. Cependant, pour éviter toute équivoque et tout délai, je déclare que si l’on vous a chargé de nous faire sortir d’ici, vous devez demander des ordres pour employer la force ; car nous ne quitterons nos places que par la puissance des baïonnettes ». Évidemment, pour le pauvre émissaire, c’était beaucoup plus vexant !

Cela dit, Mirabeau n’était pas du tout antiroyaliste, et il a œuvré pour faire admettre à Louis XVI d’accepter une monarchie parlementaire. Et lorsque, malade, il ne peut quitter sa chambre, le roi fait prendre de ses nouvelles. Il meurt le 2 avril 1791, on célèbre ses obsèques à Saint-Eustache, puis on transporte son corps à l’église Sainte-Geneviève, devenue le Panthéon des Grands Hommes.

Hélas, on découvre au bout de quelques années que Mirabeau et le couple royal entretenaient de bonnes relations et s’écrivaient, et les révolutionnaires, indignés et pensant avoir été dupés, font retirer son corps du Panthéon. On le transfère dans une tombe anonyme du cimetière de Clamart. Il ne s’y trouve plus, on ignore où il est passé ensuite !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :