Les médias français, tous frappés d’Alzheimer

Publié le par Yves-André Samère

Parce que Macron va recevoir lundi une délégation de harkis venus lui rafraîchir la mémoire et tenter d’obtenir une réparation des atrocités qui ont été commises sur eux en 1962, France Inter en a longuement parlé dans son journal de 13 heures, et a rappelé que François Hollande avait consenti à reconnaître la responsabilité de « la France » (sic) dans le massacre qui a fait au moins 40 000 victimes (en fait, au moins le triple), dans les conditions les plus terribles.

Oui, je mets « la France » entre guillemets, car une pudeur exquise a fait que, comme d’habitude, tout le monde semble avoir oublié QUI a ordonné que l’armée française abandonne ces malheureux, une fois signé le cessez-le-feu du 19 mars de cette année. C’est vrai, ça, il n’y avait pas de président-de-la-République-chef-des-armées, dans la France de 1962, et tout s’est fait par hasard, sans aucun responsable qu’on puisse identifier. Ce doit être la faute à l’Alzheimer...

Décidément, Mitterrand n’a pas été la seule canaille qui se soit assis dans le fauteuil présidentiel. Et si les socialistes sont aujourd’hui frappés d’amnésie et font toujours de leur grand homme LE modèle à suivre, les gaullistes ne sont pas en reste.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

C
j'ai jamais compris son attitude sur ce sujet , ou alors il les considerait comme traître à l'ALN !
Répondre
Y
C’est incompréhensible pour tout le monde, et surtout pour les familles des milliers de harkis mis à mort avec un affreux sadisme.
M
C'est vrai, le Général n'était pas une sainte et il lui arriva d'être mauvais. Malgré tout, je demeure gaulliste contre vent et marées. Et puis, je l'imagine, la-haut, coulé entre Saint-Pierre et tante Yvonne, s'exclamant de sa voix caverneuse : " Je vous aurais, Samère ! "
Répondre
Y
Non, ça, c’est dans la publicité pour la MAAF.