Les nazis abattus par « la rue »

Publié le par Yves-André Samère

Très bonne chronique de Frédéric Beigbeder, ce matin sur France Inter. Il descend en flammes cet imposteur de Mélenchon, qui a osé dire, le samedi 23 septembre et afin d’embêter Macron, que « c’est la rue qui a abattu les rois, c’est la rue qui a abattu les nazis ».

Certes, certes, Mélenchon est un orateur qui a de la ressource, mais s’il posait sa candidature pour un poste de professeur d’histoire, j’entamerai illico une grève de la faim. Bêtement, j’avais toujours cru que Louis XVI avait été condamné par un tribunal, et surtout, que les nazis avaient été vaincus par les Alliés débarqués en Normandie le 6 juin 1944.

Écoutez donc la chronique rigolote de Beigbeder, et marrez-vous comme ont dû le faire, ce matin, tous les auditeurs de France Inter. Cette semaine, on a sorti au cinéma le film It (en français, Ça), adapté d’un très mauvais roman de Stephen King, qui raconte l’histoire d’un clown assassin d’enfants. Eh bien, Mélenchon est un clown assassin de l’Histoire de France. Mais on ne fera aucun film sur lui, il est trop caricatural.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

K
Le clown n'est que la partie visible, un avatar parmi d'autres, de la chose qui vit dans le sous sol de Derry. Personnellement, si je préfère "Stand by me", l'évocation et la description de l'adolescence me plait bien. Je parle ici des livres, pas des adaptations cinématographiques.
Répondre
Y
Comme je ne crois pas au surnaturel, et que je n’ai aucune raison d’en vouloir aux clowns, il ne reste rien dans cette histoire qui mérite l’attention.

« Stand by me » me plaît, parce que les quatre garçons s’avèrent attachants, et parce que River Phoenix est en début de carrière. Il s’est par la suite montré supérieur à tous les jeunes acteurs, y compris James Dean. Et il avait tous les talents, y compris la musique.