Les fruits du carnage

Publié le par Yves-André Samère

On ne connaît pas de peuple plus inventif que les Chinois. Au fil des siècles, ils ont inventé la boussole, la poudre à canon, le papier, l’imprimerie, la porcelaine, la laque, les spaghettis(!), la manivelle, la transmission par courroie et par chaîne, le pont suspendu, le harnais, la brouette, le moulinet de canne à pêche, les instruments astronomiques, les allumettes, les échecs, les horloges mécaniques, le cardan, les alcools distillés, le rouet, l’ombrelle, le parapluie, les étriers, et bien d’autres choses encore.

Hélas, ce savoir ne s’est pas traduit par une quelconque révolution scientifique ou industrielle.

Au fait, je ne résiste pas à placer ici une tirade dite (et écrite) par Orson Welles pour le film Le troisième homme : « L’Italie sous les Borgia a connu trente ans de terreur, de meurtres, de carnage... Mais ça a donné Michel-Ange, de Vinci et la Renaissance. La Suisse a connu la fraternité, cinq cents ans de démocratie et de paix. Et ça a donné quoi ?... La pendule à coucou ! »

Entretuons-nous, nos descendants nous béniront.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

C
les spaghettis ? Et pas que ; les raviolis aussi .
Répondre
Y
Oui, tous les Asiatiques se gavent de raviolis. Il y a même eu deux films là-dessus, “Three... extremes”, et “Nouvelles cuisine”, de Fruit Chan. Ils étaient fourrés aux embryons humains.