Pas « portable », mais « mobile » !

Publié le par Yves-André Samère

« Le Canard enchaîné » de ce jour, page 8, révèle (ou rappelle) que l’interdiction des téléphones mobiles à l’école, que Blanquer vient de décréter, existe en fait depuis juillet 2010, et il donne le texte de l’article L511-15 qui le précise, et que je me fais un plaisir de reproduire tel quel : « Dans les écoles maternelles et les collèges, l’utilisation, durant toute activité d’enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur, par un élève d’un téléphone mobile est interdite ». Bien, c’est dit, ne reste plus qu’à appliquer le règlement, avec sept ans et demi de retard.

Mais ce qui m’intéresse, dans ce texte, c’est que les téléphones ne sont pas qualifiés de « portables », mais de « mobiles », le seul adjectif qui convienne, et le seul que j’emploie.

Donc les rédacteurs de ce texte sont d’accord avec moi : dire qu’un téléphone est portable, c’est idiot, car personne n’a jamais « porté » un téléphone ! Dans TOUS les pays étrangers, et croyez que j’ai vérifié, l’adjectif portable est purement et simplement ignoré. Partout, on dit mobile, ou cellulaire.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

M
Une des principales objections des professeurs leur fait dire qu'ils perdront beaucoup de temps à collecter puis à restituer les téléphones. Ils n'imaginent pas qu"on puisse les laisser à la maison.
Répondre
Y
Le prétexte ne tient pas. Les professeurs n’ont pas à collecter eux-mêmes les téléphones. Comme l’explique mon ami Mathéo dans un commentaire de ma notule « Un ministre bientôt ridicule », dans son lycée, les élèves eux-mêmes déposent leurs gadgets dans une boîte prévue à cet effet. Cela ne fait même pas perdre de temps, ils les déposent en entrant dans la classe. Si l’un d’eux s’abstient, il est instantanément répéré.
G
c'est bien ce que je disais, c'est l'utilisation qui est interdite, mais de là à faire appliquer la loi.... La preuve.
Il est toujours possible de reprendre les leçons de morale : "Elles ont pour but d'inculquer uniformément certaines valeurs.".
Répondre
Y
La principale question est celle-ci : comment interdire à ces jeunes d’utiliser un téléphone qu’ils ont en poche ? C'est un peu comme aux États-Unis : si vous autorisez le port d’armes, comment empêcher les citoyens de vouloir s’en servir ? Impossible ! Par conséquent, le plus simple est de prohiber la possession.