Langue de bois : 3. Anglicismes

Publié le par Yves-André Samère

Autre variante de la langue de bois, les anglicismes. Ils consistent à remplacer certains mots français par des mots anglais, avec l’intention, cachée ou avouée, de revaloriser certains termes de la réalité, de rendre celle-ci plus moderne, moins « has been » – encore un anglicisme. Celui qui se sert des anglicismes croit s’élever l’échelle sociale, et atteindre la classe supérieure – pardon : la upper class.

Ainsi, les « petits boulots » sont rebaptisés jobs, faire le ménage chez soi se dit clean up, la difficulté d’occuper une fonction devient un turn-over, tout chef accède au rang de manager, de leader, voire de coach, et l’équipe qu’il commande est son team. La direction du personnel est le management, et les meilleurs sont des winners, alors que les moins bons sont ravalés au rang de losers. L’intelligence économique est le benchmarking.

Si vous êtes dans la profession artistique, la ligne finale d’un film, d’une pièce ou d’un slogan publicitaire est la baseline, et la date limite d’un projet est la deadline. Si vous avez l’esprit d’entreprise, vous devenez corporate, toute rencontre ou réunion est un meeting, que certains ont rebaptisé rencontring [sic]. En revanche, les rencontres que l’on fait quand on a le projet de trouver un partenaire sexuel relèvent du speed dating.

Inutile de rappeler qu’au cinéma encore, tout film qui traite de la biographie d’un personnage est un biopic, mot qui plaît beaucoup aux critiques de cinéma, et qu’un personnage noir ne saurait être qu’un Black !

À noter que vous pouvez faire des anglicismes en n’employant que des mots français, mais en utilisant une syntaxe anglaise. De plus en plus souvent, cela consiste à employer la forme syntaxique anglaise pour assembler les mots ainsi. Et, de plus en plus souvent, on ne dira plus « Je suis ému », mais « Je suis DANS l’émotion », plus « Untel est capable de faire ceci », mais « Untel est EN capacité » de le faire. Le truc est simple : supprimer tout ce qui ressemble à un adjectif ou à un verbe, et n’utiliser que des noms précédés d’une préposition de lieu.

Essayez, vous ferez l’admiration de tous les cuistres de la upper class !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

M
Sans compter qu'on ne dit plus " petit ami " ou " compagnon " mais " boyfriend ". Pour une fille, cela devient " girlfriend "...
Répondre
Y
Je le note (je n’ose pas écrire que je prends DATE !).
G
Coquille à utiliser fin du dernier paragraphe. Entendu à la radio une "experte" qui se disait polémicologue. Je n'ai pas trouvé la définition.
Répondre
Y
J’ai corrigé. Merci. « Polémicologue » n’existe évidemment pas. On se demande ce que faisait ce distrait de Littré.