zEn Arles, ou à Arles ?

Publié le par Yves-André Samère

Les gens pointilleux qui disent « J’habite EN Arles » ont deux raisons de parler ainsi, une bonne et une mauvaise.

La bonne raison, c’est qu’on peut habiter EN Arles sans habiter À Arles. Le premier Arles désigne l’ancienne province qui faisait partie des États du pape et portait le même nom que la ville. On pouvait donc y résider, sans habiter la ville elle-même. 

La mauvaise raison, c’est que, pour beaucoup de personnes aux oreilles sensibles, dire « à Arles » apparaît comme une cacophonie, à cause des deux sons A qui se suivent. Mais pourquoi faire une exception pour Arles, et ne pas étendre cette tolérance aux autres villes françaises dont le nom commence par A ? Elles ne manquent pas ! Annecy, Agen, Arras, Armentières, Azincourt, Albi, Avranches, et des centaines d’autres.

Les habitants d’Arles n’ont donc aucune raison, sinon le snobisme, de dire qu’ils habitent EN Arles.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

A
C’est clair, net, précis, et totalement exact.
Le poème assez connu de Paul-Jean Toulet ne commence ni par ‘À’ ni par ‘En’, mais par ‘Dans’ : ‘ Dans Arle, où sont les Alyscamps ...’ . Toulet qui n’était pas provençal, mais béarnais de naissance et basque d’adoption ! ????
Répondre
Y
Très bon procédé, ce « dans Arles ». Et, de plus, tout à fait logique !