Bénabar et moi

Publié le par Yves-André Samère

Hier, Stéphane Bern recevait dans son émission sur RTL le chanteur Bénabar. Rien de spécial, je ne m’intéresse à aucun chanteur et surtout aucune chanteuse, mais celui-là au moins a dit quelque chose d’intéressant, ce qui est rarissime, comme on sait : à propos du fait qu’il a enregistré son dernier disque à Bordeaux et pas à Los Angeles ou à Memphis comme tout le monde, et parce qu’on lui demandait s’il aimait voyager, il a répliqué que non, il détestait voyager. Et ce seul détail me l’a rendu sympathique, puisque, moi aussi, je déteste voyager. La dernière fois que je suis sorti de Paris, c’était en mai dernier, pour aller me faire opérer à l’hôpital de Massy, en banlieue sud, parce que le chirurgien spécialiste de ce type d’intervention y travaille.

Comme disait le Petit Prince à cet aviateur en panne dans le désert, et à propos du train plein de voyageurs qu’il avait vu passer (pas dans le désert, toutefois), « Pourquoi voyagent-ils tous ? Ils n’étaient pas bien, chez eux ? ». Il se trouve que je suis très bien chez moi, et que je quitte rarement mon quartier.

J’ai donc un point commun avec Bénabar. Vous croyez que je devrais adhérer à son fan-club ?

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Oui, je ne suis pas non plus fanatique de voyages. Je dirais plus volontiers de "tourisme". Cela m'évoque immédiatement un troupeau de gens bruyants, se déplaçant en horde, ne regardant rien, préoccupés par le seul but d'avoir "fait" la Thaïlande, la Grèce ou Tombouctou.
Pour exemple j'ai sous les yeux régulièrement, dans le port de Marseille, ces énormes paquebots, hauts comme des immeubles de 10 étages, qui bouchent l'horizon. L'essence même du tourisme : tout dans le bateau casino, piscine, bars et restaurants, une escale vite fait, et hop, on repart.
Répondre
Y
Le croiriez-vous ? Je suis bien allé à Londres, mais je n’ai jamais visité le British Museum. En revanche, j’ai vu la statue de Peter Pan et l’ancien Scotland Yard.
D
Heureusement, mais sans doute un peu tard, les paquebots sont interdits maintenant dans la lagune de Venise. C'était purement indécent. Cependant les dégâts occasionnés par le ressac de ces énormes bateaux sont irréversibles.
Les autorités de Venise songent à limiter le nombre de touristes visitant la ville à "x" par jour (je n'ai pas le chiffre en tête). Ce serait là aussi une bonne initiative.
Et puis... il y a de merveilleux tableaux reproduisant la Sérénissime. Un beau voyage à moindre frais !
Quant aux hôtels, cela dépend. Je me souviens d'un délicieux hôtel anglais logé contre le British Museum. Le matin, il suffisait de 3 minutes pour rentrer dans le musée. Un paradis. Bon, ne nous leurrons pas, le prix était inabordable (merci à mes parents).
Y
Je n’ai jamais fait de croisière dans un paquebot géant, mais le pire, pour moi, ce sont les hôtels. On s’y trouve seul, das une chambre lugubre, avec une télévision minuscule qui n’a que les chaînes hertziennes. Un peu ce que j’avais à l’hôpital. J’aurais payé cher pour qu’on supprime, dans ma chambre, la télé que seul mon voisin regardait toute la journée.

Les énormes paquebots dont vous parlez ont causé la ruine artistique de Venise.