Fort de café !

Publié le par Yves-André Samère

Cette semaine, on a entendu, sur RTL, le romancier états-unien Douglas Kennedy déclarer qu’il détestait les fast-foods de son pays, et tout particulièrement les cafés Starbucks. J’ai bondi de surprise sur ma chaise : tous les Yankees ne sont donc pas des gros ploucs stupides !

Une seule fois, je suis allé dans un Starbucks, au Forum des Halles, parce que j’étais accompagné par un ami qui vit en province, et qui était curieux de voir ce que c’était. Eh bien, notre jugement a été lapidaire : le café à la manière Starbucks est une infâme lavasse qui ne ressemble à rien. Autant boire de l’eau de vaisselle. Je précise qu’à Paris, les Starbucks se multiplient comme les perles tombant de la bouche de Peau d’Âne : il y en a vingt dans le centre de la capitale, dont un au Louvre ! Preuve qu’on peut fourguer n’importe quoi aux habitants de « la plus belle ville du monde » [sic].

Il faut avouer que le café états-unien n’est pas le seul à être radicalement imbuvable. Je connais très bien la Côte d’Ivoire, qui a des plantations de café immenses. Mais jamais je n’ai bu un bon café dans ce pays, où personne ne sait le préparer.

C’est ainsi, il faut se résigner, le bon café n’existe qu’en Italie. Qui pourtant ne cultive pas de café. Il doit y avoir une explication. Dès que je la trouverai, je vous la donnerai. Je sens que vous êtes sur des charbons ardents. En attendant, ne mettez jamais les pieds dans un Starbucks, il y a des moyens plus agréables de se suicider.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Vous avez tout à fait raison : les meilleurs cafés du monde sont en Italie. On a beau essayer de les imiter, ça ne marche pas !
Répondre
Y
Bien entendu, je connais le café italien. Donc je parle en connaissance de cause.