« Je préfèrerais pas »

Publié le par Yves-André Samère

Hier, j’ai lu d’un trait Mon frère, le dernier livre de Daniel Pennac – le livre est très court. Il raconte notamment comment un chirurgien a tué son frère aîné Bernard, mais il fait alterner les chapitres familiaux avec le récit d’une histoire célèbre (enfin, je ne suis pas sûr qu’elle soit célèbre), l’avant-dernier roman publié par Herman Melville, Le clerc Bartleby. Par le plus grand des hasards, il se trouve que j’ai lu ce livre, qui m’avait bien amusé, en dépit d’une fin tragique. Bartleby avait une particularité intéressante : chaque fois qu’on lui demandait de faire quelque chose, il répondait invariablement “I would prefer not to” (en français, « Je préfèrerais pas »). Et Pennac a tant goûté cette histoire qu’il en a fait un spectacle scénique au cours duquel il racontait cette histoire, en feignant de la lire. Après avoir publié ce livre, Melville a cessé d’écrire pendant trente ans, avant de se remettre à rédiger son ultime roman, Billy Budd, foretopman, dont j’ai parlé ICI pour pulvériser la dernière traduction en français, car le nigaud qui a fait cette traduction avait traduit le titre par « Billy Budd, matelot ». Ah l’idiot – Jérôme Vidal – qui ne sait pas qu’un foretopman est un gabier de misaine ! Ou il n’a jamais été corsaire, ou il prenait ses (futurs) lecteurs pour des marins d’eau douce. Des andouilles, dans le langage maritime...

  Ce très beau roman a été adapté au cinéma par Peter Ustinov, qui jouait aussi le rôle du capitaine Vere – j’ai le DVD –, et c’est Terence Stamp qui était Billy, censé âgé de 17 ans, et qui est pendu à la fin, parce que, affligé d’un solide bégaiement, il n’a pas su répondre à une accusation injuste du capitaine d’armes Claggart, que sa seule réponse a été un coup de poing, et que Claggart est mort de sa chute. La première fois que j’ai vu ce film en salle, j’ai assisté à trois séances de suite.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Je pense que l'éditeur trouvait que "gabier de misaine" rebuterait bon nombre de lecteurs.<br /> Pennac est un conteur, et il devait être captivant quand il était professeur de français. Un excellent invité pour la radio.
Répondre
Y
Rebuter ? Pourquoi ? C’était au contraire l’occasion d’apprendre un mot peu utilisé. Le lecteur n’est pas forcément un crétin congénital. Et s’il l’est, les auteurs n’ont pas à le caresser dans le sens du poil.