Patrick Brion, un pionnier du cinéma

Publié le par Yves-André Samère

Aujourd’hui, La bande originale, l’émission sur France Inter, recevait Patrick Brion, qui produit toujours sur France 3 son Cinéma de minuit, et dont le public ignore toujours qu’il produisait aussi La dernière séance, que présentait Eddy Mitchell. Je regarde de temps en temps cette émission de Patrick Brion, et c’est ainsi qu’un jour, il m’a téléphoné ! Nous avions parlé une bonne heure, à propos de la lettre que je lui avais envoyée, pour... l’engueuler.

En effet, Brion avait passé dans son émission Les dix commandements, film de Cecil B. DeMille, tourné en 1956, et qui était un remake de sa version en noir et blanc sortie en 1923. Or ce film, je l’avais vu bien des fois en salle, et toujours au format 1,37:1, correspondant à peu près au format de la télévision. Mais Brion l’avait diffusé dans un format élargi, le 1,85:1, proche de celui de la Vistavision créé par la Paramount. Ne connaissant alors pas grand-chose des formats de films, j’avais cru qu’il s’était agi d’un de ces charcutages exécutés bien des fois par ces escrocs que sont les distributeurs de films, consistant à simuler un format élargi en coupant le haut et le bas de l’image, mutilation destinée à plaire aux amateurs d’écrans larges, mais qui nuit beaucoup aux films anciens. J’ai donné ICI une des raisons qui faisaient que ce procédé m’exaspérait.

Brion devait savoir ce détail, mais il ne m’a pas détrompé, sans doute par courtoisie, puis nous avons parlé d’autre chose (mais non, pas de politique, ni de météo). Et il m’avait donné le numéro de téléphone de son bureau, m’invitant à l’appeler si un jour je passais par la capitale (je n’habitais pas encore à Paris). Par la suite, deux ou trois fois, j’ai tenté de le joindre, mais il était toujours absent pour cause de projection, et j’ai laissé tomber.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :